spot_imgspot_img

Présidentielle au Gabon après 41 ans de pouvoir d'Omar Bongo

LIBREVILLE — Les Gabonais choisissent dimanche parmi 18 candidats le successeur de leur président Omar Bongo, décédé en juin après 41 ans au pouvoir et dont un fils, Ali Bongo, est considéré comme un favori du scrutin.

Au total, 813.164 électeurs sont appelés aux urnes de 07H00 à 18H00 locales (06H00 à 17H00 GMT) dans quelque 3.000 bureaux de vote au Gabon et à l’étranger. Le scrutin se déroulant sur un seul tour, c’est le candidat qui aura obtenu le plus grand nombre de voix qui sera élu pour sept ans.

La commission électorale avait retenu 23 candidats – un record – dont trois femmes, autre première car aucune Gabonaise n’avait auparavant été en lice pour une présidentielle.

18 candidats restent dans la course, cinq s’étant ralliés vendredi à l’ex-ministre de l’Intérieur André Mba Obame, 52 ans, faisant de lui un adversaire de poids face à Ali Bongo, 50 ans, ex-ministre de la Défense.

Autres présidentiables jugés bien placés: l’ex-Premier ministre Casimir Oyé Mba (67 ans), l’opposant radical Pierre Mamboundou (62 ans) et l’ex-baron du régime devenu opposant Zacharie Myboto (71 ans).

Pour cette présidentielle considérée comme la plus ouverte de l’histoire du Gabon depuis 40 ans, l’opposition n’a pas réussi à s’entendre sur un candidat commun.

Tous les « grands » présidentiables ont promis un partage plus équitable des ressources pétrolières, minières et forestières de ce pays dont un grand nombre des 1,5 million d’habitants vivent dans la pauvreté.

La campagne électorale s’est achevée samedi à 24H00 (23H00 GMT), après deux semaines d’intenses animations politiques et une grève de la faim d’un candidat issu de la société civile, mais elle s’est généralement déroulée sans heurts, « en dehors de quelques dérapages isolés », selon les autorités.

Plusieurs candidats ont fustigé le fichier électoral, après avoir dénoncé les conditions de préparation de l’élection et réclamé sans succès le report du scrutin.

Plus de 300 observateurs ont été accrédités.

Beaucoup au Gabon ont affirmé craindre des troubles post-électoraux mais le gouvernement a assuré samedi soir avoir « pris toutes les mesures nécessaires de sécurité pendant et après le vote », en exhortant les électeurs à aller aux urnes dans « le calme, la liberté et la sérénité ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES