spot_imgspot_img

Gabon : Le blues de SDC Aviation

Les opérateurs du Lodge Loango, SCD Aviation et Africa’s Eden, avaient bénéficié le 13 août d’un référé devant le tribunal de Port-Gentil contre l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC). Suite au report répété du verdict de cette démarche, SCD Aviation s’interroge sur la volonté de la justice gabonaise à régler le différend qui l’oppose à l’ANAC depuis plus d’un an.

La compagnie aérienne SCD Aviation s’est fortement prononcée sur l’attitude du tribunal de Port-Gentil dans la gestion du différend qui l’oppose l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC). « L’ANAC est-elle plus efficace à contrôler la justice gabonaise qu’à garantir le transport aérien ? », s’est interrogé SCD Aviation dans un communiqué publié le 3 septembre.

«Le 22juillet monsieur le président du tribunal de Port- Gentil rend une ordonnance autorisant SCD Aviation et Africa’s Eden à assigner l’ANAC en référé. Cette décision suppose déjà sa compétence et l’urgence de l’affaire. Le 6 août l’affaire est renvoyée», indique le communiqué.

«Le 13 août l’affaire est plaidée. L’ANAC n’a pas comparu devant la juridiction. Apres les débats l’affaire est mise en délibéré au 20 août. Ni le 20, ni le 23, ni le 24 août le délibéré n’a été rendu; la justice aurait-elle été contaminée par l’abstention de l’ANAC ? Par une simple lettre l’ANAC obtient la réouverture des débats. La justice serait-elle à la disposition de l’ANAC ?

Selon SCD Aviation, la réouverture des débats est prévue pour apporter des précisions de droit ou de fait à la juridiction, alors qu’aucune question n’avait été soulevée par le président du tribunal lors de l’audience. Le 27 aôut le magistrat qui siégeait a interdit aux demandeurs de contester la réouverture des débats, a affirmé la compagnie aérienne.

«Il semble que l’ANAC devait être entendue, impérativement! Bien mieux des exceptions d’incompétence ont été soulevées! Tout s’est déroulé comme si désespérément il fallait trouver des arguments pour ne pas se prononcer sur la demande argumentée et fondée sur 51pieces de SCD aviation et Africa’s Eden. La décision rendue le vendredi 3septembre frise le déni de justice en se déclarant territorialement incompétent contre toute règle de procédure encore une fois le tribunal ne tranche pas», a fustigé l’opérateur touristique.

Selon le communiqué, une réunion de concertation aurait eu lieu entre le ministre des Transports, Rémy Osselé Ndong, un représentant de SCD aviation et un représentant de l’investisseur monsieur Swanborn, actionnaire principal du Lodge Loango. «Le lundi 6 septembre à 15H sera l’heure de vérité. SCD Aviation et Africa’s Eden espèrent que cette fois l’ANAC, lasse de s’abstenir, se mettra à agir pour la sécurité de l’aviation Gabonaise», conclu le communiqué.

SCD Aviation qui assure en l’acheminement des touristes de Libreville vers le Parc Loango demande la réaction de son Certificat de transporteur aérien (CTA) par l’ANAC. Les opérateurs du parc menacent de cesser leurs activités si aucun compromis n’est trouvé. Un tel dénouement causerait la perte de plus de 120 emplois et serait un gros coup pour cette destination touristique.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES