spot_imgspot_img

La menace de grève de la CONASYSED et les problèmes de transferts des élèves dans les établissements scolaires évoqués par l’UPG, opposition

L’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition) à travers son Conseil du Secrétariat Exécutif réuni samedi , à Libreville, a fait observer, dans un communiqué parvenu à Gabonews, l’ « incapacité flagrante du Gouvernement à résoudre les problèmes récurrents de l’éducation, pourtant connus de tous », à la lumière de la menace de grève de la CONASYSED et de la SECEG, des syndicats qui ont décidé, ce week-end, de boycotter la rentrée des classes (2010-2011) prévue, lundi.

L’UPG que dirige Pierre Mamboundou s’est notamment intéressé aux « problèmes de transferts des élèves dans les établissements scolaires » et « rappelle qu’il y a deux ans le Gouvernement PDG avait décidé d’orienter les élèves admis en 6ème dans les établissements privés pour pallier au déficit chronique des infrastructures scolaires dans les établissements publics » et s’ « indigne du fait que le même Pouvoir PDG refuse à ces élèves la possibilité d’intégrer les structures publiques d’enseignement, les privant ainsi du droit à l’égalité des chances ».

Pour conclure, cette formation politique « invite le Gouvernement à tirer toutes les conséquences de ses insuffisances ».

La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) s’est également insurgée

Contre cette mesure prise « sans aviser les parents d’élèves ».

Le 25 août dernier, lors de l’ouverture du séminaire multidimensionnel et d’échanges destinés au personnel d’encadrement et aux enseignants, le ministre de l’Education nationale, Séraphin Moudounga, a annoncé qu’il sera mis fin aux transferts scolaires illégaux au sein des établissements scolaires publics.

Il a indiqué que cette mesure était préconisée pour offrir prioritairement une chance aux élèves transférés légaux, qui sont souvent lésés au profit des cas frauduleux moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes.

Les transferts dans les établissements secondaires au Gabon se posent avec acuité à chaque début d’année scolaire, rappelle-t-on.

D’aucuns craignent maintenant que la décision du ministre de l’Education nationale ne favorise la « prolifération des établissements hors normes ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES