spot_imgspot_img

Politique / « La bonne gouvernance, la bonne gestion des deniers publics et la lutte contre la corruption ne vont pas rester de vains mots », Ali Bongo Ondimba

A l’occasion de la célébration de son accession à la magistrature suprême, anniversaire qui se célèbre le 16 octobre 2010, dans une interview exclusive accordée, ce vendredi, à GABON MATIN et dans lequel il fait le tour d’horizon des grandes questions et des réformes qu’il a engagées, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, est revenu sur sa volonté de combattre farouchement la corruption dans le pays.
Abordant le choix des hommes devant présider au destiné du Gabon ainsi que les grandes questions de sa politique intérieure visant l’amélioration des conditions de vie et de travail des Gabonais, Ali Bongo Ondimba est resté fidèle à son franc parler.

A l’entame de cet entretien, appréciant ses douze premiers mois à la tête de la République gabonaise, Ali Bongo estime qu’il « y a eu des erreurs de casting », cependant, a-t-il indiqué, « ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a eu plus d’aspects positifs dans tout ce que nous avons fait. Souvent, il faut reconnaître ses erreurs; le tout est de les corriger, apporter des changements si cela s’avère nécessaire ».

Battant en brèche l’idée d’un jeu politique calculateur en vue de consolider sa popularité, à l’approche de l’élection législative de 2011, le président de la République a rappelé qu’il ne « raisonne pas en termes d’échéances politiques ». Car, a-t-il indiqué, « il n’est pas démagogue ».

« Et si je ne pensais qu’à cette question, j’allais me complaire des décisions destinées uniquement à assurer ma popularité. Ce n’est pas le cas », a-t-il expliqué.

Par ailleurs, revenant sur les nombreuses mesures prises visant à réduire le train de vie de l’Etat, d’accroître ses ressources et de donner davantage d’efficacité à la dépense publique, le troisième chef de l’Etat gabonais, qui estime que son « administration fait des efforts de réduction des dépenses », a précisé que « la bonne gouvernance, la bonne gestion des deniers publics et la lutte contre la corruption ne vont pas rester de vains mots ».

« J’ai commencé et je vais continuer à travailler dans ce sens. Nous ne pouvons plus continuer avec ces maux qui ont été le fait de tout le monde, je dis bien de tout le monde », a soutenu Ali Bongo Ondimba qui a également déclaré que « ce temps est révolu » avant d’affirmer qu’il va « veiller au travail bien accompli, bien fait jusqu’au bout ».

La rencontre entre Pierre Mamboundou, le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) et Ali Bongo Ondimba, qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la classe politique gabonaise, ainsi que dans la presse, a aussi été abordée dans cette interview.

« Il est extraordinaire de constater que lorsque deux gabonais se rencontrent, il y ait autant de bruit. Quand on voit nos responsabilités respectives, lui leader du principal parti de l’opposition, moi président de la République, chef de l’Etat, je ne vois pas pourquoi une telle entrevue peut surprendre », s’est étonné Ali Bongo.

« Ceux qui veulent connaître l’objet de notre échange peuvent venir me voir. Pierre Mamboundou a voulu me voir, il est venu et nous avons longuement échangé », déclaré le chef de l’Etat.

Entre autres questions, Ali Bongo Ondimba a expliqué sa relation avec l’armée qu’il a dirigé pendant plus de 10 ans avant de reconnaître que les « troupes ont des problèmes comme les autres compatriotes ».

Aussi, les sorties du chef de l’Etat à l’étranger figurent en bonne place dans cet entretien qui permet aux Gabonais d’apprécier, à travers la voix, du chef de l’exécutif gabonais, le premier anniversaire de son accession à la magistrature suprême avec à la clé, toutes les réformes qui ont été opérées.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES