spot_imgspot_img

Gabon : Inflation sur les œufs

Depuis quelques semaines le prix des œufs de poule à la consommation a enregistré une hausse de 25 francs, passant de 125 à 150 francs CFA l’unité, tandis que la palette de 30 œufs est passée de 3300 à 4500 francs. Une situation consécutive à une pénurie saisonnière de ce produit sur le marché, selon la Société meunière et avicole du Gabon (Smag).

C’est la flambée du prix de l’œuf à Libreville et ses environs. Le tarif unitaire du produit est, en effet, passé de 125 à 150 francs CFA tandis que le coût de la palette de 30 œufs a grimpé de 3300 à 4500 francs. Selon les détaillants, cette situation est consécutive à la hausse du prix de vente du principal fournisseur national, la Société meunière et avicole du Gabon (Smag).

Une accusation réfutée par la Smag, qui indique qu’elle na pas augmenté les tarifs de ses œufs. Selon le directeur commercial de la société, cette hausse des prix résulte plutôt de la pénurie saisonnière du fait d’une demande plus importante que l’offre. «On est confronté aujourd’hui sur le marché à une pénurie des œufs. Pendant la saison sèche, la demande est traditionnellement très élevée compte tenu de la forte consommation des ménages», a expliqué Eric Chardin, dans des propos rapportés par le quotidien « L’union ».

«Mais parallèlement, l’offre n’est pas suffisamment importante pour la compenser. Ce qui se passe, c’est qu’il y a de la spéculation sur les prix. Elle est l’œuvre des détaillants qui s’octroient des marges bénéficiaires conséquentes en jouant sur le fait que l’œuf devient rare», a poursuivi le directeur commercial de la Smag, dans le même journal.

Toutefois, a relativisé Eric Chardin, «on va revenir à une situation normale dans les prochains mois parce que beaucoup d’éleveurs se sont lancés dans le secteur. A la Smag, nous avons mis en place un couvoir et nous enregistrons une forte demande de poussins d’un jour. Les prix devraient normalement baisser».

En attendant le retour progressif à la normale, on se demande ce que fait la Direction générale de concurrence et de la consommation (DGCC), organe chargé de veiller à la stabilité des prix alimentaires, notamment.

Publié le 09-08-2011 Source : L’union Auteur : Gaboneco

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,848FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES