spot_imgspot_img

Communiqué: Arrestation à Libreville des représentants BDP

Selon des nouvelles nous étant parvenues aujourd’hui vendredi 4 juillet, les représentants du BDP-Gabon Nouveau à Libreville ont été ce matin arrêtés par les services secrets du régime Omar Bongo.

En effet, les informations en provenance des familles de nos représentants, Messieurs Prosper Edou et Hugues Bessacque, indiquent que les représentants du BDP-Gabon Nouveau, mouvement gabonais d’opposition en exil, ont été arrêtés et leurs domiciles fouillés ou saccagés par les services de répression du régime Bongo. Les représentants du BDP ont ensuite été emportés par les services secrets du régime Bongo vers une destination encore inconnue au moment de ce communiqué.

Nous demandons aux médias, organismes des droits de l’homme et aux administrations étrangères représentées au Gabon de faire pression sur le régime Bongo pour une libération immédiate des représentants du BDP arrêtés ce matin. Nous demandons également au régime dictatorial d’Omar Bongo de libérer immédiatement Messieurs Hugues Bessacque et Prosper Edou.

Nous rappelons à tous que le BDP ne fait rien d’illégal au Gabon. Nos activités actuelles entrent dans la droite ligne de l’implantation légale de notre mouvement politique au Gabon, et que de telles activités sont autorisées par la loi gabonaise actuelle. L?arrestation de nos représentants à Libreville ne peut donc que découler de l’arbitraire d’un régime dictatorial qui n’a pas changé depuis 36 ans et qui continue à priver les Gabonais du droit de choisir librement leur camp politique et de s’opposer à lui.
Nous soumettons donc aujourd’hui à la communauté internationale la preuve matérielle que le régime Bongo est toujours un régime dictatorial et que les libertés politiques des gabonais, notamment leur droit à la libre expression, sont toujours bafoués au Gabon et que le régime Bongo est en train de ramener notre pays à une dictature pure et dure.
Nous appelons la communauté étrangère et gabonaise à exercer sur le régime Bongo la pression nécessaire pour non seulement obtenir le plus rapidement possible la libération de nos représentants, mais aussi obtenir la libéralisation du paysage politique gabonais, afin que le peuple gabonais puisse librement et immédiatement commencer à jouir de ses libertés politiques.
Nous appelons les organismes bancaires tels que le FMI et la Banque Mondiale à bloquer toute aide financière au régime Bongo tant qu’il ne se sera pas créé au Gabon les conditions de réforme et de démocratie qui puissent garantir aux Gabonais le bien-être politique et économique qu’ils méritent.
Fait à Montclair, New Jersey, le 4 juillet 2003

Pour le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau

Dr. Daniel Mengara

Coordinateur

BDP-Gabon Nouveau

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES