Le département ministériel de la Communication a concrètement changé de titulaire, lundi, avec la passation de dossiers entre son nouveau titulaire, Laure Olga Gondjout, nommée ministre de la Communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information, et son prédécesseur René Ndémezo’Obiang, devenu ministre de la Jeunesse, des Sports, des Loisirs, Chargé de la Vie Associative, Porte-Parole du cabinet Eyéghé Ndong III, a constaté GABONEWS. 

Moins que l’hommage rendu par le ministre sortant à l’ensemble de ses collaborateurs, ou même celui rendu à son successeur dont M. René Ndémezo’Obiang a vanté les « compétences et les qualités pour conduire ce ministère sensible », c’est davantage l’engagement pris par la nouvelle titulaire du département ministériel de la Communication en vue de favoriser l’émergence d’un climat apaisé au sein de ce secteur resté longtemps miné par des « turbulences » pour le moins entretenues.

« Je sais pouvoir compter sur un socle existant pour relever le défi, c’est-à-dire sur toutes les ressources humaines du ministère et des Organismes placés sous notre tutelle » a déclaré Laure Olga Gondjout. Faisant le pari du dialogue social pour trouver des solutions sur le mode consensuel et adhésif aux divers maux d’ordre matériel, technique et humain qui freinent le plein essor de ce secteur, la ministre de la Communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information s’est employée à rassurer ses collaborateurs sur la nécessité de préserver un climat social propice au travail dans l’effort.

« Je voudrais souvent échanger avec vous tous sans exclusive, collaborer avec chacun d’entre vous. Ma porte est ouverte au dialogue constructif, car, sans vous tous, je réussirai difficilement dans cette nouvelle mission » gouvernementale a expliqué Mme Gondjout soucieuse de faire acte d’humilité tout en assurant son collègue de son intérêt à bénéficier de sa connaissance des « méandres » de cet environnement.

A juste titre, d’autant que son prédécesseur est un fin connaisseur de l’univers médiatique profond gabonais. « Je n’ai pas eu de grève » s’est-il félicité dans une allusion à sa gestion des médias publics, voire du Fonds de la presse privée en trois ans au moins passés à la tête de ce ministère.

En revanche, en évoquant ce chapitre particulier, la nouvelle ministre de la Communication, des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information s’est à la fois montrée légaliste et républicaine.

« Nous devons véhiculer une image responsable du Gabon » à l’intérieur et à l’extérieur a-t-elle indiqué. S’agissant de la grève (…) Je suis pour une grève responsable » a conclu Laure Olga Gondjout. Autrement dit, à ce propos, comme plus globalement, Laure Olga Gondjout entend s’appuyer sur les lois de la République, tout en n’excluant pas de se montrer parfois flexible, pour impulser les réformes indispensables au rayonnement incontestable de ce secteur.

Enfin, cette cérémonie de passation de services s’est déroulée en présence, entre autres, du secrétaire général du gouvernement, André Bernard Ouanis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here