spot_imgspot_img

Gabon: Locales 2008 / Un vote dans le calme marqué par le spectre de « la vie chère » et de l’abstention élevée à l’échelle du pays, première grande leçon du scrutin

Les élections locales en vue du renouvellement des Conseils départementaux et municipaux organisées dimanche sur toute l’étendue du territoire, mis à part quelques comportements déviants, enregistrés de la part de candidats visiblement excités, dont les noms se sont retrouvés sur plusieurs listes à Lambaréné (Moyen Ogooué) et à Makokou (Ogooué Ivindo), où un candidat estampillé Indépendant s’est montré menaçant à la fermeture des bureaux de vote, alors que le dépouillement des urnes devait commencer au-delà de 18 heures,se sont tenues dans un climat apaisé et sans incident majeur, ont rapporté plusieurs sources digne de foi jointes au téléphone dans les différentes localités.
A noter, que ce sont près de 800 000 électeurs qui étaient appelé aux urnes en vue d’élire au scrutin proportionnel les Conseillers municipaux et départementaux des 119 circonscriptions du pays. En Outre, 14 817 candidats répartis sur 832 listes étaient en lice lors de cette consultation électorale ayant nécessité en tout 2800 bureaux de vote.
Enfin, même s’il est vrai que les opérations de dépouillement des bulletins ont commencé à la nuit tombée, aujourd’hui, aussi bien dans plusieurs centre de vote de la capitale gabonaise et à l’intérieur du pays, il est tout aussi fort probable que les premiers résultats globaux ne soient pas donnés par le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Immigration, ainsi que la CENAP, avant le lendemain. Au moins.
Toutefois, il reste une inconnue politique autour de ce scrutin, à l’aune de laquelle on mesurera mieux l’effort partagé, ou non, de la classe politique. Elle concerne le taux de participation à cette élection vécue dans un contexte de morosité. Ce, à cause des manifestations organisées par la Société civile à la Place de la Paix, à Libreville, contre la montée vertigineuse des prix des denrées alimentaires et des produits de première nécessité, mais dont on sait qu’elles se sont soldées par des affrontements avec les forces de l’ordre, promptes à molester les organisateurs ainsi que les journalistes couvrant la marche pacifique de ces mécontents devenus téméraires.
On rappelle que longtemps avant le scrutin, les plus hautes autorités de l’Etat, en tête desquelles le président de la République, Omar Bongo Ondimba, ont exhorté les Gabonais à la sérénité tout au long du processus devant déboucher sur cette importante consultation électorale. De même, les acteurs politiques, en l’occurrence les partis de la majorité et de l’opposition ont donc été placés face à leurs responsabilités pour tenir leurs troupes en ordre et dans la discipline le jour J. A priori, ils y sont parvenus.
Par contre, il reste à savoir si les partis des deux camps sont parvenus à mobiliser l’électorat. Rien n’est moins sûr. Du moins au regard du peu d’engouement observé sur le terrain de longues heures après l’ouverture des bureaux de vote. A telle enseigne, que le Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, pour ne pas le citer, s’en est inquiété, peu après avoir accompli, lui également, son devoir civique.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES