spot_imgspot_img

Gabon – Insolite : Le préfet d’Aboumi, menacé par le  »Ndjobi », abandonne son poste de travail

Le préfet du département de Bayi Bricolo, situé à environ 225 km de Franceville (Sud-est), Guillaume Nembé Mvoulou, menacé par le  »Ndjobi » (association des sorciers ou société initiatique), a abandonné son poste de travail pour n’avoir pas publié vendredi les résultats des élections du bureau du conseil municipal d’Aboumi, a-t-on appris lundi de source digne de foi.

 »Le préfet a même quitté son domicile d’Aboumi dans la nuit de vendredi parce qu’il était menacé par les populations qui lui ont interdit de publier les résultats des élections des maires », a affirmé à l’AGP cette source qui a sollicité l’anonymat.

Selon cette même source, les partisans du candidat indépendant Gilbert Lilobo (ancien secrétaire fédéral du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) de 1996 à 2003 et battu lors des élections municipales du 27 avril dernier, auraient  »tapé le Ndjobi » pour que les résultats des élections du bureau du conseil municipal ne soient pas proclamés.

 »Il craignait pour sa sécurité et est allé à Franceville où il était censé remettre les procès-verbaux au gouverneur de province », a ajouté la source sans déterminer si la famille du préfet était encore à Aboumi ou non.

Une autre source jointe par téléphone lundi après-midi a affirmé avoir appris la nouvelle mais n’a pu confirmer s’il avait regagné son lieu d’affectation ou pas.

Le Ndjobi est exclusivement masculin et pratiqué par les groupes ethniques du sud-est, notamment Kota, Ndassa, Obamba, Téké et Wandji, mais ne demeure pas la première société initiatique de la province.

Son activité concerne autant la socialisation, la lutte contre la sorcellerie, le contrôle social que le règlement des conflits et l’activité économique, ainsi que les relations entre les hommes.

De l’aveu des initiés, l’originalité du Ndjobi réside dans son ambiguïté. Il est à la fois dangereux et salutaire, et même ésotérique. Malgré sa multifonctionnalité et son efficacité affirmées, sa perception est très contrastée dans l’opinion publique.

La création et l’essor du Ndjobi au Gabon mettent en évidence la dynamique de l’inventivité sociale dans le domaine magico-religieux observée depuis des décennies.

Depuis décembre 2006, la mairie d’Aboumi est abandonnée par ses agents qui fuient un gri-gri accroché à l’entrée principale de ce bâtiment.

Les élections législatives dans ce département avaient tourné à l’affrontement entre les partisans du PDG et ceux du candidat indépendant Félix Onkéya (interdit de ne plus prendre part aux élections pendant une période de 5 ans).

Les partisans de M. Onkéya avaient cassé les urnes avant de les entraîner dans la forêt.

Lors de ces altercations, un partisan avait tiré, à l’aide d’un fusil de type calibre 12, sur un électeur du camp adverse avant d’être appréhendé par la gendarmerie puis écroué à la prison centrale de Franceville jusqu’à ce jour.

Depuis lors, la tension est restée tendue dans cette commune frontalière avec la République du Congo de quelques 25 Km.

Vendredi dernier, au cours du renouvellement des bureaux des conseils municipaux et départementaux, la tête de liste PDG/CLR (Centre des libéraux réformateurs, majorité), Béatrice Andjayi aurait été élue maire de la commune d’Aboumi avec près de 50% des voix.

A la tête du conseil départemental, c’est le candidat unique du PDG, Rokys Théodore Mbagagoye (ancien gendarme), qui a été élu avec 100% des suffrages, note-t-on de même source.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES