L’arboretum de Sibang, à Libreville, a ouvert jeudi ses portes au grand public, qui est venu découvrir les richesses de la forêt gabonaise en pleine zone urbaine.
Les visiteurs se sont imprégnés de cet immense site où arbres à cadenas, ébène, Okoumé, ainsi que de nombreux fruits et plantes et bien d’autres espèces végétales, ont su capté leur attention, bercée par les chants de cigales et d’oiseaux.

« De fortes pressions atmosphériques de tout ordre exercent une menace potentielle et permanente de ce riche patrimoine. Par l’absence de barrière, l’exploitation anarchique de ces arbres est de plus en plus fréquente», a affirmé Alain Souza, directeur général de l’institut de pharmacopée et de médecine traditionnelle (IPHAMETRA), structure qui assure sa gestion.

L’objectif de ces journées portes ouvertes portées sur le thème ‘’enfance et prévention de l’environnement’’, qui s’achèveront samedi prochain, vise de promouvoir l’éducation environnementale des jeunes par la sensibilisation sur la protection et la gestion durable de la biodiversité.

L’arboretum de Sibang, site d’activités scientifiques, a vu le jour en 1934 et elle occupe 16 hectares, caractérisés par des allées de 50 mètres. Aussi, la plupart des plantes repiquées ont été semées en pépinières entre 1933 et 1953, proviennent essentiellement de libreville.
Cette première journée a été rehaussée par la présence du ministre gabonais de la recherche scientifique, le Pr. Albert Ondo Ossa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here