Zimbabwe: le chef de l’opposition implore l’Afrique d’agir « maintenant »

Le chef de l’opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a imploré mercredi le continent africain d’agir « maintenant » pour favoriser une solution négociée dans son pays, et des dirigeants d’Afrique australe ont appelé au report du second tour de la présidentielle.
Morgan Tsvangirai, réfugié depuis dimanche à l’ambassade des Pays-Bas, a fait une brève apparition dans sa demeure d’Harare, le temps d’une conférence de presse, avant de retourner dans la chancellerie occidentale.

Le leader de l’opposition, arrivé en tête devant le président Robert Mugabe au premier tour mais qui a renoncé à participer au second prévu le 27 juin face à une « orgie de violences », a poussé un véritable cri à destination de l’Afrique au cours de cette sortie aux accents dramatiques.

« Le temps est venu de l’action maintenant » pour une sortie de crise au Zimbabwe, secoué par les violences depuis la défaite du régime aux élections présidentielle et législatives du 29 mars, a-t-il lancé aux chefs d’Etat africains dont une réponse concertée se fait attendre. « La population du pays ne peut plus attendre », a-t-il prévenu.
M. Tsvangirai, 56 ans, a demandé à l’Union africaine (UA) et à la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) d’aider à mettre en place un « mécanisme de transition » qui permettrait au pays de « guérir » et appelé au déploiement de « troupes armées de maintien de la paix ».

Il a prôné un « règlement politique négocié » mais a exclu toute discussion avec un gouvernement formé après le second tour, suggérée par le président Mugabe, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980.

La crise zimbabwéenne devrait être au coeur des préoccupations des 53 chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’UA qui se réunissent les 30 juin et 1er juillet en Egypte.

A un niveau régional, le Zimbabwe était déjà mercredi au centre d’une réunion extraordinaire de la commission de sécurité de la SADC (Swaziland, Angola et Tanzanie), près de la capitale swazie, Mbabane.

A l’issue de leurs discussions, le roi du Swaziland Mswati III, le chef de l’Etat tanzanien Jakaya Kikwete, qui préside l’UA, et le ministre angolais des Affaires étrangères Joao Miranda ont appelé à « reporter le vote à un autre jour ».
Le secrétaire général du bloc régional, Tomaz Augusto Salomao, a estimé que la situation ne semblait pas permettre la tenue d’un scrutin « libre et équitable ».

La commission de sécurité est l’organe décisif dans l’éventualité d’une intervention militaire de la SADC, qui peut décider de l’envoi de troupes de maintien de la paix.

Mais cette option a d’ores et déjà été rejetée par Pretoria. « Nous ne pensons pas qu’une intervention militaire soit nécessaire au Zimbabwe », a déclaré le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères, Aziz Pahad.

Robert Mugabe, qui est à 84 ans le plus vieux des chefs d’Etat du continent, compte toujours des alliés au sein de l’Afrique australe, grâce à des solidarités restées fortes au nom de la lutte pour l’indépendance.

Mardi, il s’était pour la première fois dit prêt à la discussion avec l’opposition, mais seulement après le second tour. Mais il a une nouvelle fois signifié son mépris face aux appels des capitales occidentales, qui jugent impossible un scrutin libre dans les conditions actuelles.
L’ex-président sud-africain Nelson Mandela a dénoncé la « tragique défaillance de la direction » du Zimbabwe, à l’occasion d’une visite à Londres.

A Washington, le président George W. Bush a qualifié « d’imposture » ce second tour et appelé l’Union africaine à augmenter la pression sur le régime.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama a amèrement reproché leur passivité aux pays africains, face aux violences électorales commises par des partisans du président Mugabe.

Les Etats-Unis comptent d’autre part sur des divisions au sein du parti de Robert Mugabe pour parvenir à un règlement négocié avec l’opposition, a indiqué un porte-parole du département d’Etat.

La France et le Portugal ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne reconnaîtront pas les résultats du scrutin, que le plus grand groupe d’observateurs indépendants ne sera pas en mesure de surveiller, les autorités ne l’ayant toujours pas accrédité, a indiqué mercredi le Zimbabwe Election Support Network (ZESN).

Mercredi soir, environ 200 personnes qui ont indiqué avoir été victimes de violences politiques se sont réfugiées dans l’ambassade sud-africaine d’Harare.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....