Gabon : Veolia tente de sauver son contrat

Le ministre gabonais en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Casimir Oyé Mba, a reçu le 3 octobre Patrice Fonlladosa, le représentant régional de VEOLIA Water, maison mère de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon, dans le cadre de la renégociation des termes du contrat qui lie la société à l’Etat gabonais. A la suite d’une coupure au début du mois de septembre ayant engendré d’importants désagrément, le gouvernement avait demandé l’accélération de la révision du contrat pour l’adapter aux évolutions du secteur énergétique gabonais au regard de la croissance de la demande.

Les responsables de Veolia Water et l’Etat gabonais cherchent toujours les moyens d’accroitre l’offre d’énergie pour satisfaire la constante croissance de la demande locale.
Le président directeur général de VEOLIA Water pour la zone Afrique – Moyen Orient – sous continent indien (AMI), Patrice Fonlladosa, était de nouveau chez le ministre en charge de l’Energie, Casimir Oyé Mba, le 3 octobre dernier pour faire avancer le dossier.

La double et longue coupure d’électricité générale dans la nuit du 7 au 8 septembre dernier à Libreville avait vivement préoccupé le gouvernement gabonais, qui avait demandé lors du conseil des ministres du 11 septembre aux responsables du département des Mines d’activer et d’accélérer la révision du contrat qui lie la société Veolia et l’Etat gabonais.

Une commission ad hoc composée des experts du ministère des Mines et des Finances ainsi que ceux de la société Veolia Water, actionnaire majoritaire de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon a été mise en place. Plus de 15 réunions se sont déjà tenues pour élucider les points de renégociations entre l’Etat gabonais et Veolia Water. Mais les résultats sont toujours attendus.

«Je vais être très franc et très direct. D’abord je voudrais évidemment présenter à nouveau les excuses de la SEEG parce que je sais qu’il y a eu énormément de désagréments dans les semaines passées. Il faut être très transparent, il y aura très certainement encore des désagréments dans les semaines qui viendront mais il est très clair aujourd’hui que le partenariat que nous avons de très long terme avec l’Etat gabonais est fondamental pour le groupe Veolia et nous essayons d’apporter toutes les réponses et d’être bref, avec la contribution de l’Etat gabonais» a déclaré le PDG régional de Veolia Water au terme de la séance de travail.

«Les conversations que j’ai avec les dirigeants de la SEEG ainsi que les représentants de sa maison mère visent précisément à faire le tour de ces questions, à cerner ces problèmes pour essayer de dégager des solutions durables qui soient de nature à faire disparaître ces problèmes ou à les atténuer très sensiblement de façons à améliorer la distribution d’électricité dans notre pays» a assuré le ministre Oyé Mba.

Le ministre a par ailleurs rappelé que «notre pays n’est pas le seul à affronter de telles difficultés. Cela ne nous exonère pas de nos responsabilités mais je le précise, l’Afrique du sud, qui est bien plus développée que le Gabon, a eu de gros problème à ce niveau il y a quelques mois».

«Pour ce qui concerne notre pays, la distribution de l’électricité pose quelques problèmes, dont les causes sont diverses et pour certaines d’entre elles, c’est que les gabonais accèdent de plus en plus à l’électricité, sont demandeurs d’énergie électrique. Les chiffres révèlent que la demande d’électricité augmente à peu près de 5 à 6% par an. C’est une bonne chose, cela montre que les gabonais ont de plus en plus accès à l’énergie électrique, cela montre aussi du côté de l’appareil économique que les entreprises, les usines, les industries se développent et demandent de plus en plus d’énergie. Cette augmentation de la demande en énergie est une bonne chose, il faut donc l’accompagner, la satisfaire» a expliqué le ministre de l’Energie.

«Je dois mentionner que plusieurs quartiers bourgeonnent dans nos villes, qui ne sont pas maîtrisés. Les gens s’installent avant que l’urbanisation n’ait atteint certaines zones et cette urbanisation, pour qu’elle soit maîtrisée, elle doit être de la responsabilité de l’Etat. Si les choses étaient correctement organisées, avant que les gens ne s’installent dans un quartier, l’Etat devait viabiliser ce quartier. Et puis il y a d’autres difficultés, je ne veux pas accabler notre partenaire mais il faut aussi que des efforts soient fait dans l’équipement et les infrastructures» a conclu le ministre Casimir Oyé Mba au terme de l’audience.

L’accord conclu entre l’Etat gabonais et Veolia portait sur la production, le transport et la distribution d’eau potable et d’électricité dans le pays. La population desservie s’élève à près d’un million d’habitant, dont 526 000 à Libreville. Le contrat de concession, d’une durée de 20 ans conclu en juin 1997, prévoit également la prise en charge par la SEEG de la réalisation des investissements nécessaires au développement des secteurs de l’eau et de l’électricité via l’amélioration de la qualité des services, l’augmentation des taux de desserte, la réduction des tarifs.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,338FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....