spot_imgspot_img

Gabon: Les Etats de la CEEAC conviés à plus d’actions dans la lutte contre la Traite des Enfants

La représentante du Centre pour les droits de l’Homme et la démocratie en Afrique Centrale (CNUDHD), Marie Evelyne Petrus-Barry, a souhaité lundi à Libreville que les pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) mettent effectivement en pratique la lutte contre la Traite des Enfants, au-delà de la simple adoption des textes y relatifs.
 » C’est un appel à l’action pour combattre, ensemble et mieux, un crime qui, pour nous représente une honte. Or, les textes ne sont rien sans une mise en œuvre effective sur le terrain. Nous devons faire plus pour réduire la vulnérabilité des enfants d’Afrique centrale à la traite des personnes », a déclaré Marie Evelyne Petrus-Barry.

Pour que les efforts des gouvernements et de tous les acteurs de la sous-région y compris les communautés et les familles engagées dans la lutte contre la traite des enfants, soient traduits en actes concrets, des représentants du Cameroun, de la Guinée Equatoriale , du Congo, du Gabon et du CNUDHD, examinent la question depuis ce matin jusqu’au 7 octobre prochain.

« En signant à Abuja, le 06 juillet 2006 l’Accord Multilatéral, les Etats membres de la CEEAC et des Etats membres de la CEDEAO ont eu le courage de dire à la face du monde que la Traite des personnes, en particulier des Femmes et des Enfants était une réalité dans les deux espaces régionaux et la sagesse veut qu’un diagnostic sincère constitue le pas décisif vers le traitement et la guérison », a déclaré Antonio Egidio De Sousa Santos, secrétaire Général adjoint de la CEEAC.

La traite des enfants, entendue comme le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil d’enfants à l’intérieur ou à l’extérieur d’un pays aux fins d’exploitations diverses, quels que soient les moyens utilisés, existe dans la plus part des pays d’Afrique dont le Gabon.

A l’ouverture de cette rencontre, faisant suite à la réunion sous-régionale tenue en septembre 2007 à Sao Tomé, le Vice-premier ministre gabonais en charge des Droits de l’Homme, Paul Mba Abessole, a émis le souhait que tous les acteurs concernés par cette cause dans les zones CEEAC et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) parviennent à harmoniser les stratégies de lutte contre la Traite des enfants au sein des pays membres de ces deux communautés.

« Il est urgent de coordonner nos efforts pour obtenir des résultats palpables, au-delà de la simple adoption des textes », a affirmé Paul Mba Abessole au cours de son allocution inaugurale.

Au Gabon, selon des chiffres officiels, on dénombre quelques 25.000 enfants exploités (âgés de 8 à 15 ans), dont la moitié provient essentiellement du Togo, du Bénin et du Nigeria. Le trafic des enfants y répond à une demande de main d’œuvre enfantine et son développement est lié au secteur économique informel.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES