Gabon: Education/Crise : Entre syndicats et gouvernement, la guerre des communiqués est désormais lancée

(Par Jean Rovys DABANY)

La grève de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), entamée le 6 octobre (date de la rentrée scolaire au Gabon), a donné désormais lieu à un phénomène : la guerre des communiqués entre le gouvernement et les enseignants grévistes.

Depuis pratiquement huit ans, une grève des enseignants au Gabon n’avait plus autant suscité des réactions de la part du gouvernement. En écartant le ministre de l’Education nationale,  »pour incompétence », selon les syndicats, le chef du gouvernement, Jean Eyéghé Ndong, a multiplié les déclarations télévisées, appelant à la reprise des cours.

 » ( ) Le gouvernement prend-il acte de ce refus et décide la suspension des négociations avec la CONASYSED », déclare le Premier ministre dans un communiqué lundi soir à la télévision nationale (RTG 1).

Claironné mardi en Une du journal l’union, seul quotidien dans le pays, un communiqué du Premier ministre annonçant la suspension des négociations avec les enseignants, conforte cette hypothèse.

Depuis cette grogne, dans les couloirs de la Radiodiffusion télévision gabonaise chaîne 1 (RTG 1), M. Eyéghé Ndong est pratiquement annoncé au principal JT de 20H pour faire une déclaration, souvent accompagnée des reportages au contenu très évasif sur le sujet et loin de la réalité, selon les syndicats.

Pour la CONASYSED, les déclarations du Premier ministre ne sont à prendre au pied de la lettre :  » C’est une fuite en avant. Nous ne reprendrons pas les cours jeudi. Nous préférons que nos salaires soient suspendus », a déclaré à l’AGP mardi Fridolin Mve Messa, secrétaire général du Syndicat de l’Education nationale (SENA), membre du collectif.

Devant cette brouille, les enseignants estiment que le Premier ministre a plutôt choyé son ministre de l’Education que les grévistes (plus de 20.000 enseignants sont concernés), dont le mouvement paralyse la rentrée des classes sur toute l’étendue du territoire national.

 »Lorsque nous avons réclamé les négociations sous l’égide du Premier ministre, nous pensions que les choses allaient s’arranger. Alors, on se rend compte que même le Premier ministre est en train de tourner en bourrique les enseignants », s’est plaint à dire M. Mve Messa.

Mieux, l’exaspération se manifeste jusque dans les plus hautes sphères du gouvernement, en raison des volte-faces à répétition du chef du gouvernement, disent les syndicats, sans détour. Ces derniers estiment que les arguments du ministre sont peu crédibles.

 »Que le Premier ministre dise ce qu’il veut c’est son problème. Nous ne reprendrons les cours que si le gouvernement décide de régler certains de nos palabres (rappels et situations administratives, Ndlr) », ajoute pour sa part Simon Ndong Edzo, un des membres influants de la coalition.

Lundi, la CONASYSED a décidé au cours d’une assemblée générale du maintien du mouvement, malgré les négociations avec le gouvernement.

Les enseignants du secteur public observent un mouvement de grève depuis le 6 octobre dernier pour exiger l’aboutissement de leurs revendications, notamment financières.

Les grévistes avaient réclamé des négociations avec les ministres chargés des questions d’éducation,  »sous l’égide du Premier ministre », notamment sur l’harmonisation des salaires des enseignants recrutés avant et après 1991.

Ils revendiquent également la  »régularisation de toutes les situations administratives et financières des enseignants du secteur public », selon la coalition.

Dans une note adressée aux directeurs d’établissements publics d’enseignement parvenue à l’AGP, le ministre de l’Education nationale avait menacé de  »suspendre les salaires » des enseignants grévistes dès cette fin du mois.

Les syndicats avaient qualifié de  »diversion » cette mesure prise à leur encontre par le ministre de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,338FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....