spot_imgspot_img

Gabon : Derniers ajustements de la loi de finances rectificatives 2008

Le ministre de l’Economie et des Finances, Blaise Louembé, était le 21 octobre devant les députés de l’Assemblée nationale pour défendre le projet de loi de finances rectificative 2008 adopté le 18 septembre par le gouvernement, et qui pourrait connaître quelques ajustements dus à la dégradation de la conjoncture économique et financière internationale.L’ancien Trésorier payeur général, Blaise Louembé, a pris son baptême du feu à la tête du département des Finances le 21 octobre dernier dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, où il a défendu le projet de loi de finances rectificative 2008 élaboré par son prédécesseur et adopté par le gouvernement au Conseil des ministres du 18 septembre.

En hausse de près de 70% par rapport aux prévisions initiales, soit un excédent budgétaire de près de 850 milliards de francs CFA, le budget 2008 devrait permettre la poursuite du programme conclu avec le Fonds monétaire international (FMI) depuis avril 2007 pour la poursuite de l’assainissement des finances publiques, la diversification de l’économie, le renforcement des infrastructures de base et la prise en compte de la dimension sociale.

La conjoncture favorable du secteur extractif, surtout aux deux premiers semestres 2008, aura notamment permis une augmentation de 32,6% des revenus pétroliers, portés à 1357,9 milliards de francs CFA alors que l’Etat n’en escomptait que 1023,8 milliards de francs CFA.

Cette manne va également permettre au gouvernement de reconduire l’ensemble des mesures fiscales et budgétaires prises en avril dernier pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages.

Les rectifications majeures concernent l’accroissement des subventions relatives aux produits pétroliers qui passerait de 44,1 à 101 milliards de francs CFA, soit une hausse de 130%, à l’heure où l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) a déposé un cahier des charges sur la table du gouvernement, qui demande entre autres une baisse de 40% des prix des produits pétroliers.

Le budget d’investissement a également été revu à la hausse pour atteindre 295 milliards de francs CFA et conformément à la volonté de l’Etat d’anticiper le rachat de la dette extérieur à hauteur de 80%, les fonds prévus pour le remboursement des créances seront augmentés de 60%.

Compte tenu de la dégradation de la conjoncture économique et financière internationale, avec la crise financière qui frappe les marchés occidentaux, l’excédent budgétaire dégagé pour l’exercice 2008 pourrait être redirigé vers des mesures anticipatives visant à prévenir les retombées de la crise financière mondiale sur l’économie nationale.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES