spot_imgspot_img

Gabon : Bolloré forme les rangs contre le VIH/Sida

Les filiales gabonaises du groupe Bolloré ont initié une campagne de sensibilisation interne à la lutte contre le VIH/Sida. La formation d’une dizaine de pairs éducateurs a débuté ce 16 mars au sein de SDV Gabon et Saga Gabon, conformément aux recommandations du Bureau international du travail (BIT) sur le VIH/Sida, pour lutter contre la propagation du virus et contre la discrimination des personnes atteintes dans le milieu du travail.

Le groupe Bolloré s’engage dans la lutte contre le Sida, il vient d’initié une campagne interne de lutte contre la propagation de ce virus et la discrimination des personnes affectées.

Pour s’assurer de l’efficacité de cette campagne, le groupe a mis en place un plan de formation d’une dizaine de pairs éducateurs. Soutenue par le Programme national de lutte contre le VIH/Sida, (PNLS), cette formation destinée à préparer ces pairs éducateurs à la sensibilisation des employés du groupe a débuté le 16 mars au sein des entreprises du groupe.

Des modules ont été mis en place pour cibler les questions récurrentes sur ce sujet, notamment «comment se transmet le VIH/Sida ?», «plusieurs partenaires sexuels et pas de VIH est-ce possible ?», «les pratiques sexuelles à moindres risques», ou encore «comment utiliser le préservatif ?».

Le coordonnateur VIH/Sida pour la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), le docteur Gabriel Malonga-Mouelet, a affirmé que les personnes actives dans la tranche de 40 ans étaient les plus touchées par le virus.

Il souligne à cet effet que «l’infection au VIH est devenue une terrible menace pour le monde du travail. Elle frappe le segment productif de la main d’œuvre, réduit ses gains, accroît les dépenses des entreprises, augmente les coûts de travail et induit une perte des compétences, de l’expérience avec une diminution du capital humain».

Saluant l’initiative du groupe Bolloré, le docteur Malonga-Mouelet a indiqué que ce programme «met en œuvre les directives pratiques du Bureau international du travail (BIT) sur le VIH/Sida dans le monde du travail, à savoir la mise en place d’une politique propre à prévenir la propagation du VIH/Sida et à protéger les travailleurs de toute discrimination liée au VIH/Sida, conformément à la convention n°155 de 1981 sur la sécurité et la santé des travailleurs».

A cet égard, le coordonateur VIH/Sida pour la CEEAC a rappelé l’importance du dialogue social interne, de la démystification du VIH/Sida, de la non-discrimination des personnes affectées, de la confidentialité des dossiers médicaux des employés, ou encore de la prise en charge des personnes atteintes pour la mise en œuvre de ces recommandations.

«Après 27 ans, l’épidémie du Sida continue de défier les efforts de la communauté internationale en dépit des avancées dans la riposte tat au niveau sous-régional que national», a déploré le docteur Malonga-Mouelet, rappelant que l’Afrique subsaharienne est la plus touchée par ce fléau, avec 22 millions de personnes infectées, doit 67% des infections globales, et 75% des décès liés au VIH/Sida.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES