spot_imgspot_img

Madagascar: le nouveau pouvoir se défend d’avoir commis un « coup d’Etat »

Le nouveau régime au pouvoir à Antananarivo s’est défendu vendredi d’avoir commis un « coup d’Etat », face à la multiplication des condamnations internationales, l’Union africaine (UA) ayant pour sa part décidé de suspendre Madagascar.

L’Union européenne (UE), les Etats Unis et la France, ancienne puissance coloniale, ont également dénoncé un « coup d’Etat », et appelé à l’organisation rapide d’élections. Washington a également annoncé vendredi la suspension de son aide non humanitaire à Madagascar.

Fortement menacé d’isolement et de rupture de l’aide au développement essentielle à ce pays parmi les plus pauvres du monde, le nouveau pouvoir dirigé par Andry Rajoelina cherchait vendredi à dédramatiser la situation.

« Nous ne pensons pas que c’est un coup d’Etat. C’est l’expression directe de la démocratie, quand la démocratie représentative ne s’exprime pas à travers les institutions », a déclaré à l’AFP à Antananarivo le Premier ministre de transition, Monja Roindefo.

« Peut-être la vision de l’Union européenne est un peu brouillée, on est prêt à s’expliquer. Après cela, nous allons leur demander de reconsidérer leur position », a-t-il poursuivi.

Pour l’instant, ces condamnations « ne nous embêtent pas outre mesure », a affirmé le Premier ministre, ajoutant: « s’ils n’ont pas bien compris le processus, ils ont le droit de réagir. S’ils maintiennent leur position après notre plaidoirie, là ce sera embêtant ».

Une cérémonie d’investiture du « président de transition » Andry Rajoelina doit avoir lieu samedi dans la capitale malgache.

Lâché par l’armée, le président Marc Ravalomanana a démissionné mardi en transférant les pleins pouvoirs à un directoire militaire, qui les a ensuite remis à M. Rajoelina, qui s’était imposé en peu de temps à la tête de l’opposition en menant la contestation contre le chef de l’Etat.

La Haute Cour constitutionnelle de Madagascar a officiellement entériné mercredi l’accession au pouvoir de M. Rajoelina, après avoir validé l’ordonnance par laquelle le président Ravalomanana, menacé d’arrestation, avait démissionné.

A Addis Abeba, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA « a décidé de suspendre Madagascar » de l’organisation panafricaine.

« Ce qui s’est passé à Madagascar est un changement anticonstitutionnel de gouvernement » et « peut être interprété comme un coup d’Etat », a déclaré le président du CPS, l’ambassadeur burkinabè Bruno Nongoma Zidouemba.

« Si un retour à l’ordre constitutionnel n’intervient pas très rapidement, nous étudierons la possibilité de prendre des sanctions contre les autorités de Madagascar », a-t-il averti, évoquant également la « tenue rapide d’élections ».

Le prochain sommet des chefs d’Etat de l’UA est prévu en juillet à Madagascar, mais ce projet est compromis par la situation actuelle, selon l’organisation.

L’UA a suivi les recommandations émises jeudi par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) qui demandait la suspension de Madagascar et doit se réunir à la fin du mois pour décider de sanctions.

Berlin a jugé « non démocratique » le changement de pouvoir « sous la pression de la rue » dans la Grande Ile de l’océan Indien, et appelé M. Rajoelina à respecter la Constitution.

La Tanzanie a également dénoncé « un coup d’Etat inacceptable » et annoncé qu’elle ne reconnaissait pas le nouveau régime malgache.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES