spot_imgspot_img

Gabon : La COMILOG fait fi de la crise

Le chef de l’Etat gabonais a procédé ce 7 avril à l’inauguration des travaux de construction du complexe métallurgique de Moanda qui doit permettre la transformation locale du minerai de manganèse par la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG). Alors que la compagnie vient d’annoncer des mesures restrictives pour juguler les retombées de la crise économique, cet important investissement qui ouvre de nouvelles marges de croissance semble prédire de meilleurs jours pour l’industrie minière.

Le président Bongo Ondimba a procédé ce 7 avril à la pose officielle de la première pierre des travaux de construction de l’usine métallurgique de Moanda, dont le projet avait commencé à germer en 1996, à l’occasion de la visite de l’ancien président français à la Compagnie minière de l’Ogooué (COMILOG), filiale du groupe français ERAMET.

Ce complexe doit permettre à la COMILOG de développer la transformation locale du manganèse qu’elle extrait dans cette localité. Les perspectives de ce projet sont très importantes, notamment vis-à-vis du traitement des minerais jusqu’alors inutilisables, mais aussi pour l’allongement de la durée de vie du gisement de Moanda.

La transformation locale du manganèse crée une forte valeur ajoutée en permettant désormais l’exportation de produits semi-finis. D’un point de vue socio-économique, le complexe métallurgique devrait générer près de 400 emplois directs et autant d’emplois indirects.

Pour la localité de Moanda qui avait déjà été façonnée par l’activité de la COMILOG, la construction de cette usine va entraîner la construction de nombreux nouveaux logements et infrastructures de proximité pour la nouvelle main-d’œuvre, essentiellement gabonaise, qui y sera employée.

A la publication des résultats 2007 de la COMILG en juin dernier, qui affichaient une hausse de 40% du chiffre d’affaires, le président directeur général du groupe ERAMET avait rencontré le chef de l’Etat pour planifier les perspectives d’investissements de la COMILOG.

«Nous souhaitons créer une capacité de transformation du Manganèse au Gabon, sous l’angle d’une usine et de manganèse métal, (…) [qui] pourrait employer jusqu’à 400 personnes en emplois directs», avait-il annoncé, précisant que ce projet était «extraordinairement important pour muscler encore l’appareil productif au Gabon [et] suppose également que nous ayons la disponibilité du courant électrique du nouveau barrage hydroélectrique de Poubara à des prix concurrentiels».

Entre temps, la crise économique a assombri les belles perspectives de la COMILOG, qui annonçait lors de son dernier conseil d’administration l’adoption de mesures restrictives pour juguler les retombées de la baisse de la demande extérieure.

La compagnie avait notamment décidé d’ajuster la production à la demande ; de reporter 30% les investissements courants et de suspendre les interventions des prestataires.

La COMILOG avait également décidé un arrêt de 4 à 6 semaines des opérations industrielles étalées sur l’année ; la mise en congés de 1500 employés pendant trois semaines et l’arrêt des heures supplémentaires non structurelles.

Le Conseil d’administration avait toutefois maintenu ses études relatives aux grands projets industriels de l’usine de production silico-manganèse et de manganèse métal ainsi que le projet Mabounié.

«Le décor pour les prochains mois est planté. Il paraît hasardeux de pronostiquer un retournement de la situation sans disposer d’éléments tangibles sur lesquels il serait possible d’étayer un raisonnement. Pour nous le risque est fort qu’une telle crise se prolonge au-delà de 2009», avait enfin estimé Marcel Abéké.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES