spot_imgspot_img

De l'utilité des juges d'instruction

S’il n’en reste qu’une, elle sera celle-là. Alors que le juge d’instruction est promis à une fin prochaine, Françoise Desset, doyenne des juges du pôle financier de Paris, vient rappeler avec éclat l’utilité de la fonction.

Imaginons un dossier politico-financier ultrasensible. Qui mette en cause, par exemple, les excellentes relations qu’entretient la France avec ses anciennes colonies africaines. Le parquet, seule autorité compétente pour engager une procédure, y réfléchirait à deux fois. Il prendrait conseil auprès du ministère de la Justice, dont il dépend étroitement. Tandis qu’un juge d’instruction, magistrat indépendant, lui, n’a d’ordre à recevoir de personne, sinon de la loi, pour faire son travail.

Dans la plainte déposée contre Omar Bongo, Denis Sassou-Nguesso et Teodoro Obiang, Françoise Desset a estimé que Transparency International France était juridiquement fondée à agir. Et que sa constitution de partie civile était donc recevable. Sa décision pourrait contraindre le parquet de Paris à ouvrir une information judiciaire, ce qu’il s’est toujours refusé à faire depuis maintenant plus de deux ans que l’affaire des « biens mal acquis… » est sur la place publique. Dans un communiqué, Sherpa et Transparency International France voient dans cette affaire « l’illustration de la nécessité qu’il existe en France un magistrat exerçant en toute indépendance d’esprit ses responsabilités dans le déclenchement des poursuites et la conduite de l’enquête ».

À Gujan-Mestras aussi

Françoise Desset est justement réputée pour son indépendance et sa pugnacité. « Une juge d’instruction à l’ancienne », souligne un admirateur. Quand elle n’instruit pas l’affaire Kerviel avec son collègue Van Ruymbecke, elle s’occupe de la plainte pour favoritisme déposée en 2005 par la patronne du casino de Gujan-Mestras, Frédérique Ruggieri, en bisbille avec un certain Bernard Laporte. Le ministère de l’Intérieur se souvient encore de sa descente en septembre 2008 dans ses services. Accompagnée de policiers de la brigade de répression de la délinquance économique, la juge avait perquisitionné les bureaux de la Direction des libertés publiques, qui accueillent régulièrement les réunions de la Commission supérieure des jeux. Laquelle commission refusait au casino gujanais d’augmenter son parc de machines à sous au motif de la saturation du marché local, tout en autorisant les autres établissements du secteur à s’étendre.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES