spot_imgspot_img

Gabon: Rumeur: La malédiction d'Isabelle, fille ignorée et défunte de Bongo, s'est abattue sur vous, Monsieur le Président

Monsieur le président Omar Bongo,

On se rappelle tous à la Brigade territoriale à Libreville du passage en 2006 de la jeune dame, élégante, belle, et grande… trop grande de taille pour être votre fille… Seulement, après le départ un peu mystérieux et surtout très discret de la jeune dame Isabelle, nous avions continué l’enquête sur sa paternité. On se rappelle tous et nous avions tous lus le livre que cette jeune dame avait écrit sur vous, notre président. Elle prétendait être votre fille de sang. Elle disait être une Bongo Ondimba, la fille d’Omar Bongo Ondimba.

Tout le monde y compris mes collègues et moi-même, avions doutés de ce qu’elle disait et nous nous sommes tous ligués contre elle en la prenant pour une opportuniste, un escroc… nous l’avions tous traités avec du mépris car les consignes avant son arrivée à Libreville était de la briser afin qu’elle dise avoir menti et que vous n’êtes pas son père. Malgré nos menaces, elle avait toujours gardé la même version des faits. Certains de nos collègues qui la surveillaient lorsqu’elle était hospitalisée à la clinique Chambrier se rappellent tous de ce qu’elle leur avait dit un jour : « je sais que je suis suivie par vous. Que vous le croyez ou pas, le colonel Maurice Marion m’avait appris des choses car lui sait que je suis la fille de votre président. Vous savez, ma douleur, cette douleur poignante que j’ai dans le cœur, me vengera. Votre président sait la vérité. Mais il prétend devant ses enfants comme s’il ne savait rien. Mon Dieu me vengera et il connaîtra la souffrance de perdre un être important. Si c’est son argent que je voulais, alors que Dieu soit juge entre nous. Mais ce qui me fait mal c’est que je sens la vie me quitter petit à petit après cette opération. Si je meurs la maison de Bongo connaîtra la désolation et ce serait la fin de ce qu’ils ont utilisé pour me dénigrer… ce sera la fin de son règne. J’ai de la peine pour une seule personne parmi eux… au fait ne vous cachez, plus suivez-moi ».

Un an après son passage à Libreville en 2007, deux personnes travaillant à la brigade et moi-même, avions décidés de continuer les enquêtes afin de nuire à cette jeune femme car nous étions sûrs et convaincus qu’elle était « un imposteur ». Durant nos enquêtes, au lieu que les faits accablent la jeune dame, les preuves nous conduisaient vers vous, monsieur le président Omar Bongo. Nous avions approché un officier supérieur pour conseil mais il a accepté de nous aider dans notre enquête. Nous avions continué les investigations et cet officier recevait nos rapports en coordonnant tout. Les rapports des enquêtes étaient avec lui. A notre grande surprise, un jour, il nous appelle en nous disant d’arrêter les enquêtes et qu’il ne disposait plus des rapports.

Devant notre insistance de faire éclater la vérité, il nous a tout simplement dit que la jeune dame Isabelle ne serait plus en vie et qu’elle serait morte. Et que ses enfants se trouveraient chez sa sœur jumelle. Cet officier supérieur nous faisait savoir que c’est mieux ainsi car aucun test d’ADN n’avait été effectué lors du passage de la jeune dame à Libreville et que ce n’était que du bluff. Il disait ne pas comprendre pourquoi ils ont menti sur le test d’ADN alors que le but de l’arrivée était le test afin de la confondre au cas où elle ne serait pas votre fille. Pour cet officier, toutes les personnes que la jeune dame avait rencontrées lors de son premier passage dans les années 90 ont toutes menties sur elle. La défunte Isabelle dérangeait énormément beaucoup de personne à Libreville car elle avait en sa possession des preuves accablantes contre vous notre président Bongo. Et que lorsqu’elle avait été raccompagnée à Dakar par votre avion présidentiel, les consignes étaient claires : récupérer les preuves qu’elle avait à son niveau. Cet officier nous dit détenir toutes ces informations d’une source fiable, proche du palais.

Cet officier dit avoir rencontré des officiers étrangers travaillant dans notre pays, qui lui ont déconseillé, fortement d’ailleurs, de ne pas rouvrir ce dossier d’Isabelle. Avec toutes les informations que nous avions recueillies lors de notre enquête, la jeune dame est bel et bien la fille de Bongo même si elle est grande de taille. Nous avions appris qu’elle jouait au basket. Monsieur le président, je crois qu’il est temps de dire la vérité à vos enfants maintenant que celle qui vous dérangeait est morte. Nous sommes vos enquêteurs, mais notre devoir est de vous dire la vérité.

Monsieur le président, lorsque la défunte Isabelle nous disait qu’elle avait de la compassion pour une seule personne au palais, nous nous sommes demandé de qui s’agirait-elle sans trouver de réponse. Deux ou trois mois après le départ de Isabelle, votre défunte épouse, Edith Lucie Bongo Ondimba, la première dame avait envoyé demander des informations à propos de Isabelle. Elle voulait ses cordonnées à Dakar. C’est ainsi que nous avions appris qu’elle avait envoyé un messager chez Isabelle lorsque cette dernière était à la clinique chambrier. Et que votre épouse lui avait envoyé de l’argent. Le président, pourquoi le test d’ADN n’avait pas été effectué ? Que visez-vous en mentant que le test avait été pratiqué ?

Monsieur le président, pourquoi envoyer votre avion présidentiel avec vos enfants à bord pour aller chercher Isabelle pour nous l’amener à la brigade territoriale si elle n’est pas votre fille ?Pourquoi est-elle retournée avec le même avion à Dakar après que nous avions prouvé, basé sur des mensonges qu’elle n’était pas votre fille ? Qu’avez-vous dit à votre défunte épouse afin qu’elle prenne contact avec Isabelle ? Pourquoi avez-vous agi de la sorte ? Que cherchez-vous à cacher ? Ne croyez-vous pas que votre comportement envers Isabelle est la conséquence de la tragédie qui s’abat sur votre famille présentement ? Monsieur le président, il est temps de parler. Il est temps de faire le ménage dans votre vie. Monsieur le président, les liens du sang sont très solides et surtout le sang des Tékés, votre ethnie. Il est temps de parler à vos enfants, ou confiez-vous à votre fille Pascaline Bongo Ondimba Toungui. Elle ne mérite pas que vous lui cachiez cette vérité en l’emportant dans la tombe.

Votre serviteur
Enquêteur à la brigade territoriale de Libreville

Exprimez-vous!

  1. sur c site apar critiké bongo et sa famille vs n faite rien dotr !! il est mort !! dr mengara va s presenter !! lol
    presenté n spr une fois un plan daction ou ck vs pensé faire d votr gabon nouvo !! vtr site coe l’a si bien dit dr essone nguema tt è legerté ds l bdp !! lé au gabon sentir la pression au lieu d resté en occident sauf si vs pensé dirrigé tr gabon en etant ici !!

  2. Merci Mr l’Enquêteur de nous balancer les choses que vous seul êtes au courant. Vous devriez écrire plus souvent ce genre de nouvelle ou en faire un roman photo.

  3. A l heure ou les priorités devraient etre orientées vers l’état actuel des choses: Déces du president info / intox?la transition, les interets du peuple, la paix, vous débitez des conneries???????Mais enfin « de se responsabiliser un minimum »

  4. ben franchement,au bdp on est entrain de tomber dans le delir;croyez vous qu’a lheure actuelle,les gabonais on bsoin de savoir si c la fille de bongo ou pas?
    messieurs le bdp un peu de tenu,l’heure n’est pas a ce genre connerie

  5. Franchement est ce que tu trouves ton texte sensé? On a du mal a lire et a en comprendre le sens. On a l’impression que tu fais des commérages avec un ami, assis dans un bar… Tu veux quoi exactement? Tu as deja entendu Bongo renier un enfant? il en a partout au Gabon et pourquoi refuser un de plus? et c’est quoi ton probleme? Tu veux etre president à sa place? Le probleme dans tes dire c’est que tu exagères. Tu es grossier parfois et ce n’est pas digne d’un intellectuel ni d’un politicien. Daniel arretes tu en fais tellement que toutes les verités que tu sors deviennent derisoires. Parles peu pour en dire long ne sois pas aussi BËTE!!!

  6. Quelle légèreté !!!!!

    Messsieurs les pataphysiciens, Lorsque vous copiez des données fallacieuses sur un autre site web, citez la source au lieu de vous comportez en plagiaires.

    Cette histoire sans fondement a été diffusée sur un site Web où des soit-disants militaires français s’interrogeaint sur le décès accidentel d’un autre militaire français le Colonel Marion.

    Voilà que vous trafiquotez le texte pour le publiez en inventant, avec le triste de pataphysiciens qui est le votre, un auteur « brigadier …etc ».

    Légèreté des lègereté, tout est vraiment lègereté au BDP, pour parler comme Ecclésiaste.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES