spot_imgspot_img

Gabon: Trois familles politiques engagées dans la course pour la présidence du PDG (Papier d'Angle)

Trois familles héritières de Léon Mba, père de l’indépendance, Omar Bongo Ondimba, père de la Nation et de Paul -Marie Indjendjet Gondjout, co-fondateur de la République Gabonaise, entre autres, se sont lancées, à travers les candidatures de certains membres dans la course à la présidence du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), une étape charnière avant l’élection présidentielle à venir.Jean Eyéghé Ndong, actuel premier ministre, cousin de feu Léon Mba n’avait pas, au lendemain de la disparition du président Omar Bongo Ondimba, masquer ses ambitions pour le contrôle du PDG où il occupe déjà le poste de vice-président.

Monsieur Eyéghé Ndong s’avère également être l’oncle de Casmir Oyé Mba, autre hiérarque du parti, candidat à la candidature aux côtés de la seule femme candidate, Christiane Bitougah, ex-syndicaliste et ministre, qui n’est autre que l’épouse du Ministre délégué à l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et du Développement technologique Théophile Mba Ndeme, petit fils du président Léon Mba, ancien directeur de cabinet du Premier Ministre juste avant son entrée dans l’équipe gouvernementale.

CANDIDATURES PLETHORIQUES

Ce qui renvoie à la présence dans cette épreuve de 3 membres de la famille MBA, proches de Jean- Hilaire Aubame, leader de l’Union démocratique et sociale du Gabon (UDSG), mort en août 1989, non moins adversaire du président Léon Mba.

Une pléthore de candidatures dans l’Estuaire qui, in fine, pourrait affaiblir la province et favoriser, peut-on entendre, celle d’Ali Bongo Ondimba dont le défunt père, Omar Bongo Ondimba, avait réussi à réconcilier les familles politiques de Mba, Aubame et Gondjout n’a guère écartelé dans les années 60.

Christian Raphael Gondjout, banquier, s’est aussi positionné. Ancien secrétaire d’Etat dans les années 90, il est issu de la famille de Paul -Marie Indjendjet Gondjout, co-fondateur de la République Gabonaise, fondateur du Bloc Démocratique Gabonais affilié au Rassemblement Démocratique Africain, premier président de l’Assemblée nationale du Gabon.

L’homme n’alla pas au terme de son mandat puisque le 16 novembre 1960, le président Léon proclama l’état d’alerte sur le territoire de Libreville suivi de l’arrestation notamment de monsieur Indjendjet Gondjout enterrant ainsi, le lendemain, 17 novembre, le régime parlementaire au Gabon.

RALLIEMENT ET TRANSCENDANCE

Il n’est pas exclu que le « trop plein » de prétendants dans l’Estuaire, une des principales sphères géopolitiques, ne favorise un ralliement à Ali Bongo Ondimba, également vice-présidents du PDG, fils ainé du président Omar Bongo Ondimba, Fondateur du parti, qui désormais revendique l’héritage politique de son défunt père.

A cela s’ajoute la tonalité et le contenu de l’oraison funèbre de Jean Eyéghé Ndong, en juin dernier devant un parterre de personnalités locales et étrangères, évoquant le risque des divisions dans la succession d’Omar Bongo Ondimba.

La nature du propos n’avait pas été accepté par son « champ » alors que chef de l’Etat n’était pas encore inhumé ainsi que la décision du Premier- ministre de se porter candidat sans « réunir » sa famille politique, indique-t-on.

Aussi, les candidatures à la plus haute marche du PDG, véritable rampe de lancement pour le Palais du bord de mer, prennent-elles racines dans l’histoire postcoloniale du pays et renseignent sur l’engagement politique des uns et des autres.

Le réalisme commande que les différents candidats, une dizaine au total et aux profils variés, se rassemblent autour du porte-étendard du Parti Démocratique Gabonais qui sera désigné le 8 juillet en vue de la présidentielle.

Samedi soir, avant de boucler officiellement la réception des candidatures, Faustin Boukoubi, avait insisté sur le « consensus » non sans rappeler que, pour l’heure, les primaires étaient « exclues ».

Dans la foulée, le secrétaire exécutif du PDG déclarait que « j’ai la faiblesse de penser que tous les militants du Parti sont capables de transcender l’ethnisme, tous ces petits clivages et autres petites considérations. Nous avons un héritage que nous a légué le grand camarade président Fondateur, Omar Bongo Ondimba; c’est un certain nombre de vertus que nous devons préserver: c’est la paix, l’unité nationale, le patriotisme, la responsabilité et la dignité ».

Exprimez-vous!

  1. vous en etes encore avec vos problemes de villages ethnie famille comment pouvez-vous porter un jugement? vous avez une persone bien ! qui ce bat ; alors qu’il est bien aux usa! vous avez permis que sa mere soit enterer sans lui!! vous fermer les yeux quand vos enfants meurent! vos parents! vous!! que vous faut-il ? comment vous aider « car c’est s’aider sois-meme  » la faute est toujour à l’autre les grands discours pour moi si j’aide mon voisin c’est que j’attend une recompence et je sais qu’il peut me la donner, le blanc le riche le voisin mon frere ma soeur est detestable mais si elle done alors elle deviens divine. Partout sur la terre c’est comme cela . Les ancetres qui respecter la vie qui tuer pour sauver la vie l’honneur c’est ou? Voter avec votre coeur !!!!

  2. La Magie Noire d’ALI BEN

    Chers frère,
    je viens vers vous cette fois pour vous parler de la Magie Noire d’ALI Ben Biafra.
    Ce monsieur Ali Ben a été bel et bien adopté par feu Bongo Ondimba.J’ai même dans l’astral vu les visages de ses parents.Donc qu’on arrete de prendre les Gabonais pour des idiots.Il y a encore des Gabonais clairvoyant comme le Parapsychologue.
    Pour revenir à ce que je disait Alain Bongo(avant sa conversion à l’islam) a accompli beaucoup de forfaits dans sa vie au palais.
    Ali Ben a failli tuer dans les année 90 son frère Christian Bongo Directeur de UGB.La raison de cette tentative est juste que les autres ressemblent plus à leur père.Donc à la seul vue des invités,on devrait se poser des questions de savoir pourquoi les autres enfants ressemblent au père et sauf Ali Ben.
    Ali a acquis un grand fétiche très puissant au nigéria chez les HIBO.Ce fetiche a pour fonction d’être le plus aimé et estimer d’une famille.Ce fétiche permet d’influencer les pensées d’autrui.Par ce fétiche Ali a pu convaincre son père de le mettre Ministre de la défense.
    Depuis les années nonente(90),Ali a tué Josephe Redjambé,pour lui avoir dit lors de la conférence nationale de fermer sa gueule quand les gabonais règlent leurs différents.Les gens se sont précipités à accuser,Bongo mais en réalité c’était Ali Ben le commanditaire.
    Ali ben possède un poison sous forme de plantes et restes d’animaux spéciaux,chargé d’incantation diabolique dans le but de détruire les gens.Il a ainsi éliminer Rawiri Georges,il a essayé avec Ngari,mais ce dernier a courru se faire soigner par de puissants prêtres vaudou au Benin.
    Faisons tous attention à ce tueur,prêt à tout pour prendre ce si convoité pouvoir.
    Aux dernières informations,après avoir analysé la situation et m’être mis en phase avec les esprits,il m’a été revélé que monsieur Ali Ben a executé un puissant RITUEL DIABOLIQUE en vue de faire oublier aux gabonais son origine Biafraise d’une part,mais aussi pour susciter une haute crainte de la part de ses futurs adversaires.
    Ainsi,des boeufs vivants,des poulets,des moutons,une tête humain d’un jumeau,le coeur d’un albinos,la langue d’une fille vierge,le pied droit d’un bossu… et bien d’autres composants de magie noire ont été ajoutés par de puissants magiciens Indien,Nigérian,Allemand,Brésilien(voir mes anciens postes s’ils n’ont pas été supprimés).
    Regardez la preuve,de moins en moins des gens parlent de l’origine Biafraise d’Ali Ben.Donc c’est une preuve que son fétiche a marché.Mais plus pour longtemps,car hier soir j’ai invoqué des esprits très puissants qui vont m’aider à détruire tous ces envoûtements dangereux.
    Faisons attention,car certains sur ce forum croient que la politique au Gabon c’est juste savoir bien parler et être aimé du peuple,il y a aussi la Haute Magie Noire a prendre en compte.Tout politicien qui négligerait cet asptect serait battu quoiqu’il fut aimé du peuple.
    Comme je le disais,je vais détruire tous ces fétiches et je vais m’occuper du cas des magiciens qui font cela.
    J’ai même neutralisé un puissant « grigris » qui a été placé devant le site de l’UPG.Les gens de l’UPG ne sont pas protégés,c’est grâce à mes esprits servants que les gens sont invulnérables à tout type d’accidents.

    Magickalement
    Parapsychologue
    votre frère

  3. J’ai bien lu vos réactions, je suis gabonais et vis au Gabon à Port-Gentil. Quelles sont les personnes qui nous disent que Ali est mauvais, n’est pas gabonais, autant de mauvaises choses sur lui, c’est l’entourage PDG. lA situatiion est simple, Ali est le plus jeune des candindats locaux, donc capable d’avoir ou de conduire le gabon du futur ou partout dans le monde, c’est l’image jeune qui prime, il mauvais, oui, il l’est dans son et leur PDG, moi je ne suis pas PDGiste, mais la politique est facile à comprendre et difficile à prendre des décisions dans notre pays. Les pdgistes sont une machine qui marche avec l’argent, et quand un jeune commence à se lever ou à donner et à réaliser des bonnes choses, il est mauvais ou c’est parce que c’est le fils du Président. si Ali à réussi dans son département, c’est son père qui a voulu et son père n’a jamais voulu que les autres ministres réussissent dans leurs départements. C’est un faux discours. Nous les connaissons tous, même les opposants de l’étranger, nous connaissons lamachine politique. Je pense que Monsieur Ali est mal vu depuis le vivant de son père pour avoir eu souvent le courage de dire à son père que telle ou telle chose devrait être faite de telle façon pour le profit des gabonais. Oui, à partir de ce genre d’ambition, jeune que vous êtes, vous êtes mal vu par vos proches. Le Bilan de Bongo est négatif et très loin d’être bon après 41 ans de gestion à cause de la tolérance, tolérance que moi je dis sécurité d’esprit pour lui seul. Car même quand vous êtes mon ami, il faut du bon travail et surtout quand il y a les moyens de le faire. Je ne pense qu’il y eu des Ministres blâmés ou insultés par Mr Bongo pour lui avoir apporté les doléances ds populations, non, mais mes frères, vous n’êtes pas au Gabon, il a fallu au moins 10 ans pour découvrir les vrais des faux. Je soutiens Ali, mais à 29 ans, je maîtrise la politique de mon pays et je sais qu’il est le seul, les autres sont des destabilisateurs du système, pour lutter contre le mensonge, le vol, la paresse et autres maux qui minent mon Gabon, il faut un renovateur dur, ambitieux et craint, je vous remercie

  4. le gabon est un pays libre et démocratique et non ce que d’aucun voudrait le faire croire!!…. une dinastie, en démécratie, qui dirige, celui qui est élu, donc attendons voir d’ici peu, on ne sait quand!! rose???

  5. Je disais tantôt que les PDGISTES sont de vrais parasites,et c’est pour cela que feu Bongo les a utilisé à son aise. je n’aime pas cette expression,mais je ne trouve pas d’autre mot: ce sont des vrais MOUTONS DE PANURGE. Ils obeïssent tous à un instinct animal.
    C’est pour cela que Feu Bongo les a toujours facilement divisé pour mieux régner. Ces opportunistes sont bien évidemment entrain d’offrir à Ali BEN la victoire sur le plateau, sans qu’il n’ait eu besoin de les diviser.Je parle de la victoire au niveau du PDG. Ali BEN bénéficie de l’aura maléfique rémanent de son feu père; le spectre Bongoïste de la division s’est mis en route et les Gabonais risquent d’être distraits par ce spectacle de la division PDGISTE au point même d’oublier l’essentiel, à savoir le choix d’un bon président pour notre patrie.

    S’il y a encore des compatriotes dignes dans notre pays qu’il comprennent dès aujourd’hui que tous les PDGISTES traînent encore avec eux l’esprit de nuisance que leur a laissé leur GOUROU Bongo.
    Je pèse mes mots quand je parle d’esprit de nuisance; car c’est biende cela qu’il s’agit. Un petit pays d’à peine 1.3 million d’habitants qui manquent cruellement d’hopitaux, de routes,et de logement. La ville de Nantes LYON dans laquelle je me trouve en ce moment a à peut près la même population et est très bien gérée.

    Ce serait une véritable malédiction pour notre pays si les Gabonais reconduisaient à nouveau un PDGISTE au sommet de l’état.

    Que Dieu bénisse le Gabon.

  6. Hello, sous prétexte qu’ils sont les neuveux; cousins; oncles et petit fils…ils se donnent le droit de prétendre a la fonction de président de la république du Gabon…Dans ce cas…acceptont le faite que le fils de l’ancien président de la république puisse aussi faire de meme!!! Ceci étant les déscendants de « l’autre » qui sont et qui ont occupés des postes « clés » durant des années, qu’ont-ils fais pour leur ou notre pays…RIEN DU TOUT et le pire c’est qu’il dirons que Bongo Odimba ne leurs a pas donné la possibilité de faire du « bien » au Gabon… Mais les MILLIARS DE CFA que vous avez volé, autant que je sache…c’est bien avec la bénédiction ou encore le faire play de ce Monsieur (Bongo Odimba)…Alors s’il vous plait…DEGAGE… Pauvres cons…d’ailleurs je donnerai ma voix a Ali Bongo, lui au moins il assume et assumera les « erreurs » de son Père…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES