Deux vice-présidents du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) sont candidats à la candidature de leur parti, en vue de la prochaine élection présidentielle anticipée, a déclaré le secrétaire général de cette formation politique, Faustin Boukoubi, à l’issue d’une réunion des membres de deux instances dirigeantes du parti.

Il s’agit de M. Ali Bongo Ondimba, par ailleurs ministre de la Défense, qui a déposé sa candidature le 29 juin dernier, et de M. Jean Eyéghé Ndong, l’actuel premier ministre qui, lui, a fait acte de candidature le 4 juillet dernier.

Dans cette course à l’investiture du parti, huit autres candidats ont également déposé leurs dossiers. Il y a MM. Stéphane Eloko Boussiéngué, Sany Megwazep, Daniel Ona Ondo, Senturel Ngoma Madoungou, Casimir Oyé Mba, Christian Raphaël Ngondjout, Thierry D’Argendieu Kombila et Mme Christiane Bitougat.

C’est la première fois que le PDG enregistre un nombre aussi élevé de candidatures, a reconnu le secrétaire général du parti, rappelant que jusque-là le parti avait toujours eu un seul candidat naturel : Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin dernier à Barcelone en Espagne.

”C’est signe que la démocratie existe au sein du parti”, s’est vanté M. Boukoubi, répondant à la question d’un journaliste. ”Tous ces candidats l’ont fait en toute bonne foi”, a-t-il ajouté, avant de relever que la sélection du candidat définitif se fera par consensus, au terme de deux étapes.

Ce lundi à 15 heures locales (14 heures GMT), les différents postulants à la candidature vont être auditionnés par le comité permanent du bureau politique, à tour de rôle et suivant l’ordre de dépôt de leurs dossiers. Chaque candidat à la candidature disposera de 30 minutes pour répondre aux questions des membres du comité permanent du bureau politique et du comité de concertation, deux instances du parti.

Ensuite mardi, ces instances siégeront à nouveau pour regarder les rapports des auditions de la veille et en décideront en définitive. Le candidat du parti sera connu mercredi prochain.

Un congrès va être organisé ”vers la fin du mois de juillet”, a annoncé M. Boukoubi, pour investir et adouber le candidat du PDG.

”Je souhaite que tout cela se passe dans la sérénité, la discipline et la paix”, a lancé le secrétaire général du PDG.

Au terme de la constitution, le Gabon doit organiser une élection présidentielle anticipée dans les 45 jours après que Mme Rose Francine Rogombé eut prêté serment, le 10 juin dernier, en tant que président de la République par intérim.

La date de l’élection présidentielle n’est pas encore arrêtée. Le calendrier pré-électoral qui avait été annoncé par le gouvernement n’a pas été respecté. Le ministère de l’Intérieur avait envisagé réviser les listes électorales du 4 au 10 juillet. Jusqu’à ce jour, aucune opération n’a démarré. Lors de la publication de ce calendrier par le ministre, l’opposition avait jugé cette décision intenable et irréaliste.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here