spot_imgspot_img

Gabon/présidentielle: Peut-on se déclarer candidat à une élection et demeurer ministre? (Par Jean Rovys DABANY)

Absence de textes législatifs, appels à démission, stratégie politique: une polémique régnait toujours lundi autour du maintien dans l’actuel gouvernement de deux candidats déclarés à la présidentielle anticipée du 30 août prochain.

La combinaison présentée par Paul Biyoghé Mba, Premier ministre, fait monter les enchères depuis la formation le 17 juillet du nouveau gouvernement, incluant Ali Bongo Ondimba (ministre de la Défense) et Pierre-Claver Maganga Moussavou, (ministre de l’Enseignement technique), tous deux candidats à cette élection.

Depuis, les appels à démission se sont multipliés du côté de l’opposition en quête d’une éternelle légitimité qu’elle a perdue pour avoir flirté pendant plusieurs années avec le Parti démocratique gabonais (PDG).

’’Ali Bongo Ondimba qui est le candidat du PDG à la présidentielle n’a commis aucun impair en matière de procédure, et aucun texte législatif n’empêche pas à un candidat (…) d’occuper une fonction gouvernementale’’, soutient Laure Olga Gondjout, ministre de la Communication, citée samedi par l’agence de presse en ligne Gabonews.

Pas toutefois sûre, puisque Zacharie Myboto de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) ’’s’étonne de la présence encore de deux candidats déclarés à l’élection présidentielle et condamne cette mesure discriminatoire alors que tous les autres ont été sortis’’ de l’équipe.

Selon M. Myboto, lui-même candidat à la présidentielle, le maintien dans l’actuelle équipe gouvernementale d’Ali Bongo et de Maganga Moussavou ’’remet en cause l’égalité de traitement des candidats et l’impartialité attendue de l’Etat durant la campagne électorale’’.

Un deuxième gouvernement de transition a été formé par M. Biyoghé Mba qui a viré André Mba Obame et Casimir Oyé Mba, Paul Mba Abessole et Pierre André Kombila, autres barons dissidents du régime qui solliciteront eux aussi les suffrages des Gabonais le 30 août prochain.

Samedi, M. Mba Abessole, qui a revêtu son béret noir d’opposant radical n’a pas fait dans la dentelle en dénonçant lui aussi le maintien de ses rivaux au gouvernement, mais tout en reconnaissant l’absence du vide juridique à ce sujet.

’’Malgré le vide juridique, la logique et le bon sens aurait voulu que tous les candidats à la présidentielle sortent du gouvernement’’, estime Mba Abessole, leader du Rassemblement du peuple gabonais (RPG), dont la compromission depuis 2002 avec le régime a entaché la crédibilité.

Reprenant les recommandation du président République ‘’ Tout ministre déclaré candidat à l’élection présidentielle devra rendre son tablier’’ le président du RPG s’étonne donc du maintien de deux candidats au gouvernement, estimant que l’on ne peut pas être juge et parti.

Ali Ben Bongo Ondimba a été investi candidat du parti au pouvoir. Ce choix porté sur sa personne est très critiqué par ses anciens proches dont Jean Eyéghé Ndong, ancien Premier ministre, André Mba Obame et Casimir Oyé Mba tous candidats indépendants à la présidentielle.

Ali est ministre de la Défense depuis 1999. Des observateurs lui avaient toujours prêté l’intention de succéder à son père, estimant qu’il serait nommé à ce poste stratégique par son père pour éviter tout coup d’Etat. Mais lui-même n’a jamais répondu à ses détracteurs.

Sa reconduction aux fonctions de ministre de la Défense est très contestée par ses challengers à la présidentielle d’août prochain. Mais aucune loi n’autorise un ministre à démissionner de ses fonctions lorsque celui-ci affiche ses intentions de se présenter à une quelconque élection.

Selon certains observateurs, M. Ali Bongo devait rendre son tablier pour assurer une élection libre et transparente car se maintenir à ce poste pendant les campagnes pour la magistrature suprême pourrait influencer le vote.

’’ (…) Confier un ministère aussi sensible que celui de la Défense nationale à un candidat, c’est prendre le risque d’une déstabilisation du pays en cas de résultats non favorables à ce dernier’’, estime M. Myboto, qui a séjourné au gouvernement pendant deux décennies, avant de passer dans l’opposition en 2001.

Exprimez-vous!

  1. Tous les jours je suis les informations des chaines nationales gabonaise et je suis écœurée de voir ce qui se passe dans mon pays.

    ALI et ses alliés ont commencé tranquillement sa campagne au vu et au su de toute la nation et personne ne réagi.

    Sans honte ni scrupule,lors d’une de ces visites dans un bas quartier de Libreville il ose dire qu’il n’était pas au courant de la misère des Gabonais et que c’est seulement qu’il touche du doigt,je me demande donc où était il pendant que les images des maisons et des routes sans lendemain passaient à la chaine 2 et la chaine 1!!!

    Pendant que les gabonais faisaient des grèves (qui continuent même en ce moment)durant des mois criaient à travers le Gabon entier où était il?

    Pour quoi ne pas avoir demander à son père de placer aux différents ministères:

    A -l’Habitat pendant 3 ans et construire 15 000 logements ( il promet construire 5000 logements par an)?

    B- L’Education pendant 3 ans il construit au moins 3 écoles, 3 lycée et 1 école professionnelle par province

    C – La Santé pendant 3 ans 1 hôpital adéquat par province

    Mes cher (es) sœurs et frères Gabonais, tout cela il pouvais le faire.

    I – C’est une fois de plus une preuve que la vie des gabonais ne lui a jamais intéressé et ce n’est pas en étant PRESIDENT Que cela lui féra quelque chose.

    II- c’est juste pour nous prendre le peu que son defun père et les siens ont laissé.

    Puisqu’il est devenu aussi généreux, pourquoi ne pas rendre l’argent et tous les biens mal acquis qu’il possèdent?????????????

    Soyons vigilants et ne nous laissons pas berner par ce gros porc.
    IL A UN APPÉTIT D OGRE ET FINIRA PAR NOUS MANGER TOUS SI NOUS NE FAISONS PAS ATTENTION.

    DIEU NOUS GARDE ET GARDE LE GABON

  2. MESSAGE A ALI BEN BONGO ONDIMBA: S’IL VOUS RESTE UN PEU DE BON SENS ET UN TANT SOIT PEU D’HUMANITE PENSEZ A VOS ENFANTS. LEUR AVENIR ET CELUI DES GABONAIS. SOYEZ FAIR PLAY DEMISSIONNEZ POUR FAIRE TAIRE VOS DETRACTEURS ET FAIRE MONTRE D’ HONNETETE.Maganga va démissionner et vous serez le seul candidat ministre, pensez vous que c’est là une attitudev PACIFIQUE? Vous qui prônez la paix lus que tout dans vos discours!!!! QUITTEZ LES CHOSES CAR ELLES FINIRONT PAR VOUS QUITTER. A BON ENTENDEUR…..SALUT !VOUS MEME LA BAS OH!!!!

  3. Nouveau, un site d’information en ligne vient de voir le jour pour faire la conccurence à gabonews le site du pouvoir, « LA REVOLUTION » LVDPG (La Voix Du Peuple Gabonais) http://www.lvdpg.org faire connaitre ce site aux candidats luttons pour notre pays.

  4. petit rappel et comparison…
    Sarkozy a du quitte le ministère de l’intérieure dès qu’il a été déclaré candidat…
    maisbof disons comme l’a dit EYEGHE NDONG… » comparaison n’est pas raison et le France n’est pas le gabon… » juste que cette fois le livre des rois est bien le gabon… et le cahos qui s’est produit en Israël se reproduira au Gabon donc Monsieur Ali quitter le Gouvernement si vous en avez et prouvez à tous que vous êtes capabe de gagner des élection transparente

  5. Mme regombe est a la solde du régime,qu on l’admet ou non,elle ne peux pese pas lourd, face aux barons du Pdg,ne nous voilons pas la face.
    tant que l’armée française est là,l’avenir du gabon est noir,ils sont là pour les intérêt de la France or ces intérêt premiers ce de maintenir a tout prix le bongo au pouvoir.Mengara nous sommes avec toi.

  6. je pense que madame Rose RONGOMBE Francine doit jouer franc jeu, qu’elle n’ait pas peur de prendre des décisions fermes face aux indélicats qui violent la constitution et afin de mieux organiser les élections transparentes, elle ne doit pas avoir de partie prie
    qu’elle n’oublie pas quelle aura son histoire pour être la prémière Prédidente du Gabon, alors, qu’elle s’arrange à ce que ces élections soient très très transparentes.
    c’est une femme, une mère et en plus une chrètienne, elle connait la souffrance et la misère du peuple gabonais. c’est le moment ou jamais pour elle de vraiment bien marquer sa vie sur cette terre.

  7. Que nos opposants et les ONG ainsi le peuple le peuple gabonais saisissent l’ONU et l’UA pour reclamer la démission au poste de Ministre de la défense de M. Ali Ben Bongo Ondimba (mon Dieu, quel nom kilométrique!!! ça reflète la durée au pouvoir de son défunt père adoptif)

  8. Sebalouf,

    Nous les gabonais, nous avons aussi nous-mêmes une part de responsabilité dans l’accession de M. Ali Ben à la Magistrature suprême. Est-ce que c’est la France qui a imposé aux deux gouvernements de continuer à maintenir Ali Ben dans le gouvernement gabonais? Le Premier Ministre devait oser le virer et le peuple gabonais allait voir la réaction d’Ali Ben. Si le Premier Ministre nous (le peuple gabonais) avait donné cette occasion, et si M. Ali Ben Bongo avait osé sortir ses griffes les gabonais allaient prendre à témoin le monde entier. ça aurait permis de démontrer à la commauté internationnale que la paix qu’on attribue à tord au clan Bongo n’est qu’une façade. En effet, le clan Bongo n’accepte pas la contrariété car le Gabon est leur propriété privée. Mais là, les deux gouvernements n’ont pas assumé,, ce n’est pas la faute de la France je suis désolée.

  9. Normalement MM.Ali Ben et Maganga Moussavou devraient eux-mêmes prendre l’initiative de démissionner de leur poste ministériel respectif au lieu de profiter du vide juridique. « Le bon sens est la chose la mieux partagée ». leur comportement est inquiétant et nous annonce déjà les couleurs de ce qu’ils vont être et de ce qu’ils vont faire si l’un ou l’autre est élu président de la république gabonaise

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,846FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES