spot_imgspot_img

Gabon: « Dépénaliser les délits de presse en République Gabonaise, pourquoi et comment? »

Les travaux de l’Atelier sur l’Indice de viabilité des médias au Gabon – ayant porté sur les thématiques ‘’liberté d’expression » et ‘’ dépénaliser les délits de presse ‘’ – ont été bouclés en fin de semaine dernière à l’auditorium de la Première chaîne de Radio Télévision Gabonaise (RTG1), a constaté GABONEWS.

Les rideaux se sont refermés, vendredi 24 juillet 2009, sur les travaux de la deuxième session, au Gabon, de l’Atelier sur l’Indice de Viabilité des Médias (MSI-2009), présidé par le Secrétaire général de l’ONG ‘’ Journalistes en Danger’’, Tsivis Tshivuadi.

Le leitmotiv de cet Atelier était de jauger l’état des lieux en termes de conditions de vie des médias et de procéder à une étude comparative dans la perspective d’enclencher une campagne de sensibilisation envers les pouvoirs publics, en vue de promouvoir la liberté d’expression doublée de la dépénalisation des délits de presse.

La journée marquant la fin de l’Atelier a été consacrée à la thématique « Dépénaliser les délits de presse en République Gabonaise: pourquoi et comment ? ». Cette dernière a engendré des débats contradictoires, parfois houleux, mais fructueux, entre professionnels de médias, membres de la société civile, autorités administratives, juristes et consommateurs de produits de presse.

De ces débats, la problématique « dépénaliser les délits de presse », renvoie à une confusion entre ‘’dépénalisation’’ et ‘’dépersonnalisation’’ et cloisonne l’opinion en deux camps, que sont le camp dit des « Tenants » et celui des « Résistants ».

Evoquant la confusion que suscite le sujet, le conférencier, Maître Obame Raymond, Assistant à la Faculté de Droit de l’Université Omar Bongo Ondimba de Libreville a souligné:  » Dès qu’on parle de dépénalisation des délits de presse, les gens sont tentés d’entrevoir automatiquement l’emprisonnement. Or, les amendes pécuniaires, la suspension de parution et/ou toute autre forme de sanctions administratives relèvent de la procédure pénale. Il est préférable d’user des autres formes de sanctions pénales – à défaut de dépénaliser les délits de presse – que d’emprisonner les communicateurs fautifs ».

Les « Tenants » de la dépénalisation soutiennent que celle-ci répond à des soucis d’égalité, d’efficacité, d’intérêts d’ordre démocratique et moral. « Faux! », rétorquent les « Résistants », qui insinuent que tout homme qui pose un acte doit en répondre devant la justice, assimilant ainsi la dépénalisation des délits de presse à une exonération et à un dédouanement des communicateurs.

« Le journalisme est l’une des rares professions du monde où l’on peut être facilement emprisonné pour fautes professionnelles, alors qu’un magistrat n’est nullement inquiété lorsqu’il a condamné, par erreur, un justiciable à la peine capitale », protestent les « Tenants » de la dépénalisation.

Au finish, la kyrielle de propositions faites à la faveur des assises de Libreville sur l’Atelier de viabilité des Médias ont largement convergé vers la déprisonnalisation des délits de presse, estimant que les sanctions administratives (saisie de produits, interdiction de paraître provisoirement, amendes financières), constituent des pénalités moins préjudiciables à l’honorabilité, à la santé physique et morale, ainsi qu’à la carrière du communicateur incriminé.

« L’Atelier sur l’Indice de Viabilité des Médias » est une étude commandée par la Banque Mondiale, déjà réalisée dans maints pays d’Amérique, d’Europe et des Caraïbes.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES