Gabon : Mba Obame, «c'est un coup d'Etat électoral»

L’ancien ministre de l’Intérieur dissident du parti au pouvoir pour briguer la présidence en indépendant, André Mba Obame, parmi les favoris du scrutin, a contesté la victoire annoncée du candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, et dénoncé un «coup d’Etat électoral». Porté disparu depuis les émeutes dans la matinée du 3 septembre dernier devant le siège de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), André Mba Obame dénonce des manipulations des procès verbaux et des atteintes à l’intégrité physique de Pierre Mamboundou et lui, qui revendiquaient tout deux la victoire au soir du 30 août.

© gaboneco ; André Mba Obame dénonce une falsification des procès verbaux

«C’est un coup d’Etat électoral. Jusqu’à présent, la procédure commençait à mettre à nue la falsification des résultats. C’est un coup d’état électoral !», a lancé André Mba Obame dans la matinée du 3 septembre alors que le ministère de l’Intérieur s’apprêtait à annoncer la victoire d’Ali Bongo Ondimba (PDG, au pouvoir), le fils aîné du défunt président, à l’élection présidentielle du 30 août.

«C’est un coup d’Etat électoral. Je ne reconnais pas les résultats de l’élection. C’est moi qui ai gagné», affirme l’ancien ministre de l’Intérieur, dissident du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) pour briguer la présidence en indépendant.

Dans la soirée du 2 septembre, le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) a réuni tous les candidats pour confronter les procès verbaux et parvenir à un consensus sur les résultats du vote du 30 août dernier.

«Les commissaires de la CENAP s’étaient entendus pour confronter les procès verbaux bureau par bureau et province par province, ce travail a été commencé. A Libreville, je vous le dis par exemple, on a contesté une différence de 6 000 voix, c’est-à-dire qu’il y a 6 000 voix qui m’ont été enlevées pour être donné au candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir)», dénonce notamment André Mba Obame, qui avait mené une battante campagne électorale, ralliant deux jours avant le vote 5 candidats derrière lui pour faire barrage au PDG.

«Aucun des représentants de l’opposition [siégeant à la CENAP] n’a signé le procès-verbal», dénonce-t-il encore.

«Nous voulions qu’on confronte les procès verbaux, cela n’a pas été fait. Comment voulez vous qu’on vérifie les résultats si on ne peut pas les confronter ?», s’indigne le candidat, officiellement arrivé second avec 25,88% des suffrages.

«Le PDG (Parti démocratique gabonais, au pouvoir, qui a investi Ali Bongo) a chargé la dose! Dans toutes les provinces», dénonce encore André Mba Obame (AMO), alors qu’Ali Bongo Ondimba a été annoncé vainqueur avec 41,73% des voix.

«La province du Haut-Ogooué (sud-est, fief de la famille Bongo) aussi est extraordinaire. Il y a 58 000 votants sur 80 000 inscrits, soit un taux de participation double à la moyenne nationale», poursuit-il.

«Je crois que c’est une 2e mort du président Bongo, et nous tous nous devons nous ressaisir et force doit revenir vraiment à la loi et au sens des responsabilités», a-t-il déclaré.

Interrogé sur une éventuelle saisine de la Cour Constitutionnelle pour dénoncer ces failles du processus électoral, l’ancien ministre de l’Intérieur a déclaré que «la Cour constitutionnelle, ici, c’est comme la Tour de Pise, elle penche toujours du même côté !». Durant la campagne, plusieurs opposants avaient dénoncé l’«illégalité» du mandat de la présidente de la Cour Constitutionnelle, Marie Mademeine Mbourantsouo, dont les enfants sont par ailleurs les demi-frères d’Ali Bongo Ondimba.

Revenant sur les émeutes de la nuit du 2 au 3 septembre, André Mba Obame a témoigné que «nous étions dans le calme. Aucun incident depuis la veille au soir. Tout à coup, les bérets rouges arrivent et nous jettent des gaz alors que trois militaires ont foncé sur Mamboundou et moi».

«Monsieur Mamboundou a été frappé. Quant à moi, je ne sais pas ce qu’avait le militaire dans la main, mais un de mes gardes du corps a pu le neutraliser et nous sommes partis. Les gaz qu’ils nous ont jetés sont bien plus fort que les gaz normaux. Cela me brûle encore dans les poumons, j’ai dû mal à respirer», a-t-il poursuivi. Depuis cet incident, André Mba Obame n’est plus apparu en public ni à la télévision et aucun de ses sympathisants n’affirme savoir où il se trouve. Il affirme cependant être en lieu sûr.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Covid-19 : L’opposition se dote d’un comité de crise

S’invitant dans la lutte contre la propagation du Coronavirus au Gabon, 12 partis politiques de l’opposition ont mis sur pied un comité de crise....

La CNR aux tribalistes : «Partez, mais ne brûlez pas le Gabon !»

Disant craindre pour le Gabon après les discours de haine aux relents tribalistes diffusés sur les réseaux sociaux ces derniers jours, visant notamment son...

Chantage à l’enregistrement téléphonique : Mike Jocktane traduit Lanlaire en justice

Ange Landry Mbeng dit Lanlaire vient d’être traduit en justice en France par Mike Jocktane. Dans un communiqué, publié sur Facebook le 28 mai,...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Opep : la réduction de la production pétrolière examinée par le conseil des gouverneurs

Le conseil des gouverneurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) était en conclave, jeudi 28 mai, à la faveur d'une visioconférence. La...

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Covid-19: Ces PME gabonaises qui résistent à la crise

Pour ne pas se laisser mourir, tout en cherchant à conquérir de nouveaux clients, plusieurs entreprises gabonaises ont pris le pari de se battre...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...