Libreville, 8 septembre (GABONEWS) – Réagissant aux récriminations des candidats malheureux à la présidentielle du 30 août dernier, réunis lundi à Libreville pour demander un recomptage des voix ayant crédité Ali Bongo Ondimba candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) de 41,73%, le président de la Cour Constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsouo, a invité les intéressés à déposer des recours en annulations des résultats.
Actualité du :08/09/2009

Selon des sources émanant de la Cour Constitutionnelle, aucun recours en annulation de l’élection présidentielle du 30 août dernier n’a encore été déposé au siège de la haute juridiction.

A ce niveau, le responsable de la haute Cour indique que « les résultats d’une élection sont contestés dans les quinze jours qui suivent leur proclamation. Mais, une fois le contentieux fini, il n’y a plus possibilité de remettre en cause l’élection d’un citoyen », d’où l’application de la loi dans toute sa rigueur.

Ainsi, dans une interview accordée à l’Agence gabonaise de presse (AGP), Mme Mborantsouo, a, en réponse aux exigences de l’opposition souhaitant un recomptage des voix, expliqué qu’ « Aujourd’hui, nous rentrons dans la phase du contentieux électoral, le décomptage des voix n’a plus à avoir lieu du moins, au niveau de la CENAP ».

Par contre, « Il leur appartient de saisir la haute juridiction et d’apporter les preuves en leur possession et le juge constitutionnel appréciera », a-t-elle souligné.

Ali Bongo Ondimba (41,73%), était suivi dans l’ordre par André Mba Obame (indépendant) avec 25,88% et Pierre Mamboundou (25,22%), candidat de l’Union du peuple gabonais (opposition), par ailleurs porte – étendard de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), un regroupement de 5 partis politiques, y compris sa propre formation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here