Gabon : Le réquisitoire de Sala Ngouah Beaud contre Mba Obame

Francis Sala Ngouah Beaud, ancien directeur adjoint de TV+ et présentateur vedette durant la campagned’André Mba Obame pour l’élection présidentielle du 30 août, avait quitté le «bateau» de l’ancien ministre de l’Intérieur la veille du vote, accusant son ancien patron de fomenter un coup d’Etat. Dans une interview accordée à la RTG2 le 12 septembre, et relayée par les chaînes nationales, le présentateur de TV+ dénonce la planification des émeutes de Port-Gentil, l’incitation au conflit ethnique par André Mba Obame et l’implication des pays voisins à ce projet funeste, sans pour autant qu’il ne soit inquiété par les autorités gabonaises pour besoin d’enquête.

© D.R. Francis Sala Ngouah Beaud, ancien présentateur vedette et directeur adjoint de TV+

Suite à son départ subit de TV+ à la veille du scrutin du 30 août, après une tapageuse campagne pour le candidat André Mba Obame, le présentateur vedette et ex-directeur général adjoint de la chaîne privée TV+, Francis Sala Ngouah Beaud, s’est expliqué le 12 septembre dernier au micro de la RTG2 sur les raisons de ce départ soudain.

«A la veille du scrutin, mes convictions sont revenues en avant, et je n’ai pas hésité à les faire valoir parce qu’il m’était apparu que cette campagne avait été menée tambours battants avec pour seule et unique volonté (…) de provoquer un chaos et d’entraîner le pays vers des voies innommables, irréparables», explique monsieur Sala Ngouah Beaud.

«J’ai été rattrapé par ma laïcité, mon esprit républicain», lance-t-il, en arguant avoir «été au cœur de cette campagne, assez étroitement associé à un certain nombre de décisions» et que «cela ne présageait rien de bon, il y avait comme une volonté de partition du pays, d’affrontement ethnique».

L’ancien présentateur de TV+ dénonce même une tentative de déstabilisation du pays avec le soutien de mercenaires étrangers, et la planification des émeutes post-électorales de Port-Gentil qui ont officiellement fait trois morts entre le 3 et le 6 septembre derniers.

«Il y a eu un triangle qui s’est opéré avec certains pays voisins (…) qui tendait à encourager une déstabilisation du pays au lendemain de la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. Cela s’est avéré à l’occasion d’un certain nombre de déplacements, j’y étais, j’ai été au Cameroun, en Guinée Equatoriale, où il y a eu des rencontres qui se sont opérées avec des responsables de ces pays là, il y a eu des deals qui se sont créés pour prévenir et préparer ce qui pouvait advenir au lendemain de l’élection présidentielle», témoigne Francis Sala Ngouah Beaud, qui affirme être sous le coup de diverses menaces depuis son départ.

«Nul dans ce camp n’était persuadé que le candidat du PDG l’aurait emporté par la voie des urnes. Que cela aurait été un hold-up électoral et qu’il fallait donc user de la force, faire entrer des forces extérieures sur le territoire national, qui ont même pris position, qui sont arrivés, qui se sont permis de vérifier le positionnement exact du pays», poursuit-il encore, dénonçant clairement l’implication du président équato-guinéen, Obiang Nguéma.

«Je le confirme ce qui s’est passé à Port-Gentil était prévu, préparé, (…) même si par ailleurs on passait pour être des parangons de l’unité nationale», affirme-t-il, évoquant une «forte intimidation, fanatisation des foules».

«Ce qui est apparu juste après la proclamation des résultats n’a fait que conforter mon choix», a-t-il enfin conclu, allusion faite aux émeutes qui ont éclaté après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle le 3 septembre dernier.

Affirmant enfin n’avoir pris position «pour aucun candidat», il dénonce enfin les menaces dont il est victime aujourd’hui, concluant que «c’est le prix à payer pour préserver le Gabon des situations difficiles, inextricables».

Le 13 septembre, la Guinée Equatoriale a «formellement démenti toute ingérence [et] toute tentative de déstabilisation» du Gabon. Le ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement équato-guinéen, Jeronimo Osa Osa Ekoro, a déclaré que «la Guinée Equatoriale dément formellement toute ingérence dans les affaires du Gabon ou toute tentative de déstabilisation d’un pays souverain». Il a enfin averti que son pays prendrait des «mesures légales et judiciaires» contre le journaliste, «s’il ne rectifie pas ses déclarations».

Ces déclarations ne sont pas faites pour renforcer la sérénité entre le Gabon et les pays voisins cités par Francis Sala Ngoua Beaud. Par ailleurs, ce dernier qui affirme avoir pris part à un complot visant à déstabiliser son pays devrait être entendu par les autorités compétentes pour besoin d’enquête dans une aventure que l’intréssé aurait décidé de s’embarquer en toute liberté.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Covid-19 : L’opposition se dote d’un comité de crise

S’invitant dans la lutte contre la propagation du Coronavirus au Gabon, 12 partis politiques de l’opposition ont mis sur pied un comité de crise....

La CNR aux tribalistes : «Partez, mais ne brûlez pas le Gabon !»

Disant craindre pour le Gabon après les discours de haine aux relents tribalistes diffusés sur les réseaux sociaux ces derniers jours, visant notamment son...

Chantage à l’enregistrement téléphonique : Mike Jocktane traduit Lanlaire en justice

Ange Landry Mbeng dit Lanlaire vient d’être traduit en justice en France par Mike Jocktane. Dans un communiqué, publié sur Facebook le 28 mai,...

Rapatriement des Gabonais de France : Les éclaircissements de Bilie-By-Nze

L’imbroglio né du non-retour d’une douzaine de Gabonais bloqués en France à cause de la pandémie de Covid-19 a amené le ministre des Affaires...

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...

Electricité «cadeau» : Ali Bongo a-t-il donné l’ordre d’exclure des milliers de Gabonais ?

De milliers de Gabonais ont eu le malheur de constater qu’ils ne sont plus éligibles à la mesure de gratuité de l’électricité. Naturellement, les...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Comment Libreville veut sortir de sa dépendance au pétrole

En signant avec Apollo Minerals et Trek Metals pour la prospection de zinc et de plomb, le Gabon cherche à renforcer son secteur minier,...

Gratuité d’eau et électricité : Exclusivement réservée aux GEF

La seconde phase de l’opération de gratuité des consommations d’eau et d’électricité lancée le 25 mai, ne concerne que des personnes économiquement faibles, classées...