Le directeur général adjoint de la société forestière Rougier-Gabon, Denis Cordel a obtenu la semaine dernière à Franceville, les assurances d’un partenariat avec l’Institut d’appui au développement (IGAD) et la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) pour l’encadrement des associations qu’elle a fédérées dans le comité d’appui au développement de l’agriculture dans la Haut-Ogooué (CADAHO).

Mathias Otounga Ossibadjouo, directeur général de la caisse de stabilisation et de péréquation et Jude Minto’Ollomo, responsable provincial de l’institut gabonais d’appui au développement ont, en présence du secrétaire général de la province du Haut-Ogooué, Barnabé Bangalivoua, des préfets des départements du Haut-Ogooué où Rougier exploite ou a exploité du bois et du maire de Franceville, Jean Pierre Doumbéneny, donné leur accord pour le suivi des membres de chaque association agricole dans les cultures dont ils ont l’expertise.

La Caistab va encadrer les associations dans la culture du café et du cacao, mais aussi des cultures associatives afin de les sédentariser.

L’Igad, quant à elle, enseignera de façon pratique les nouvelles méthodes de plantation à la quinzaine d’associations afin de booster les récoltes.

Rougier Gabon vise un double objectif à travers ce partenariat : la revégétalisation des espaces exploitées et l’approvisionnement des marchés locaux en produits vivriers frais tandis que le CADAHO lui-même a pour double objectif d’améliorer les conditions de vie des populations en luttant contre l’insuffisance alimentaire.

Au lancement du projet, il y a 3 ans, Rougier Gabon finançait essentiellement la culture de la banane.

« Le partenariat de ce jour ouvre la voix vers la diversification », a indiqué Hubert-Claude Ella Ekogha, responsable du programme social de Rougier Gabon Haut-Ogooué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here