Ils sont accusés d’expropriation intellectuelle
Les leaders de l’Union nationale (UN, opposition), qui viennent d’obtenir le récépissé consacrant la reconnaissance juridique de leur formation politique, présidée par Zacharie Myboto,sont traînés en justice par Bruno Nzagou Mbacky qui a réclamé hier, lors d’une conférence de presse à Libreville, la paternité du nom “L’Union nationale”. Ces leaders sont donc accusées d’ « expropriation intellectuelle et usurpation de dénomination ».

Bronu Nzagou Mbacky a déclaré qu’il a déposé une plaine au tribunal de première instance de Libreville depuis le 12 mars dernier, pour « expropriation intellectuelle et usurpation de dénomination » contre les responsables de cette formation politique, dont les principaux leaders sont entre autres, Zacharie Myboto, André Mba Obame, Casimir Oyé Mba, Paulette Missambo et Jean Eyeghé Ndong.

En effet, M. Nzagou Mbacky explique qu’il a déposé depuis janvier 2005, un dossier au ministère de l’Intérieur, en vue de la légalisation de son parti dénommé l’Union nationale (UN). Il affirme même s’être présenté candidat à la présidentielle de la même année, sous la bannière de ce parti, alors qu’André Mba Obame était ministre de l’intérieur.
Mais l’UN de M. Nzagou n’a malheureusement jamais obtenu sa reconnaissance : « On me disait toujours que le dossier suit son cours », a déclaré l’intéressé, accusant “ses usurpateurs” particulièrement André Mba Obame et Zacharie Myboto qui étaient au courant de l’existence antérieure de son parti, de mauvaise foi et de banditisme politique ».
Le président Myboto et ses camarades qui doivent présenter des candidats aux législatives et sénatoriales partielles du 6 juin prochain, n’ont plus certainement de nuits tranquilles, à quelques jours seulement de la date limite de dépôt de candidatures pour lesdites élections.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here