Nicolas Sarkozy déjeune à l'Elysée avec 13 chefs d'Etat africains (13 juillet 2010) - AFP

A l’occasion du 52e anniversaire du référendum par lequel les Guinéens dirent « Non » à de Gaulle et à son idée d’une Communauté dans laquelle les nations africaines sous joug français resteraient politiquement, culturellement et économiquement tributaires de la France, des Africains et amis de l’Afrique planifient une manifestation à Washington durant laquelle  ils déclareront l’indépendance de l’Afrique et des Africains du joug néocolonial de la France.

Ils liront à cet effet une déclaration d’indépendance modelée à partir de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis vis-à-vis de l’Angleterre et proposeront aux Africains de faire de la date du 28 septembre la date de la commémoration, un peu partout sur le continent, des Martyrs africains victimes de la Françafrique et/ou du néocolonialisme que furent Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Sylvanus Olympio, Ruben Um Nyobe, et bien d’autres, tous assassinés pour avoir voulu d’une indépendance totale pour leurs pays.

La déclaration d’indépendance sera lue sur le parvis du Congrès des Etats-Unis d’Amérique. La « vraie » ’indépendance de l’Afrique ainsi proclamée par les manifestants vaudra donc symbole de rejet de la mainmise néocoloniale de la France en Afrique. Et le Congrès américain sera symbole de l’idéal démocratique des Africains que la Françafrique s’est évertuée à tuer au cours des 50 dernières années. La manifestation débutera à 11h00 pour se terminer à 15h00.

L’on se souviendra en effet que la Guinée fut le seul territoire français à refuser de rejoindre la Communauté Française que la France avait plus ou moins forcé ses colonies d’alors à accepter. Tandis que la presque totalité des territoires colonialement occupés par la France en Afrique noire votaient « Oui » à ce référendum, la Guinée, quant à elle, vota « non », faisant ainsi un gros camouflet à Charles de Gaulle qui vaudra à Sékou Touré la haine indéfectible du président français jusqu’à sa mort.

L’Histoire retiendra que c’est probablement grâce à ce « non » des Guinéens que de Gaulle et les Français finirent par abandonner l’idée de Communauté, et à finalement octroyer des « ‘indépendances » minées par le néocolonialisme à la plupart des  colonies françaises en Afrique en 1960.

Cette manifestation du 28 septembre 2010 fera suite à celle planifiée pour le 17 août 2010 durant laquelle le même groupe d’organisateurs projettent une marche funéraire au bout de laquelle ils enterreront symboliquement la Françafrique.

Les organisateurs appellent les Africains des Etats-Unis à soutenir cet effort pour la préservation de la mémoire africaine, celle par laquelle certains Africains ont osé affirmer la fierté africaine au moment où le nègre était encore considéré comme un animal incapable de se gouverner.

La manifestation, faut-il le rappeller, n’est pas anti-française, mais anti-Françafrique.

Plus de renseignements seront fournis sur cette marche sur le nouveau site de coordination des manifestations anti-Françafrique, « Papa J’ai Grandi » (https://www.papajaigrandi.org). Pour tout contact sur cette manifestation du 28 septembre 2010, ou pour vous joindre aux préparatifs de cette manifestation comme organisateur ou collaborateur, contactez les organisateurs sur cet email: , ou alors appelez les numéros suivants :

Dr. Daniel Mengara
Professeur d’études francophones, Montclair State University, New Jersey, USA.
Président du mouvement « Bongo Doit Partir » (https://www.bdpgabon.org; tél. : +1.973.447.9763)

Monsieur André Bouassa
Représentant aux Etats-Unis de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Caroline du Nord (Tél. : +1.919.798.4543)

Patrick Ambamani, Activiste (New York) ; Tél.: +1.646.744.5633

Landry Amiang Washington, Activiste (Floride) ; Tél. : +1.305.803.3361

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here