Invoquant le «non respect de procédure appropriée», le Conseil des ministres du 19 octobre a décidé d’annuler les nominations de sa séance du 14 octobre. Une décision qui laisse perplexe d’autant qu’elle concerne seulement les départements ministériels et épargne les institutions, administrations et les sociétés parapubliques. Or, ce sont les mêmes ministres qui sont à l’origine des nominations dans les administrations exemptées.

Le Conseil des ministres du 19 octobre a décidé d’annuler les nominations entérinées en sa séance du 14 octobre pour «non respect de procédure appropriée». La mesure touche les départements ministériels mais exempte les nominations faites le même jour dans «les institutions, administrations et les sociétés parapubliques», selon le communiqué final du Conseil des ministres.

Douze ministères sont ainsi touchés par ces annulations. Il s’agit des ministères de la Santé, des Affaires étrangères, des Relations avec les institutions, de la Culture, de l’Economie, des Eaux et Forêt, du Budget, de l’Intérieur, des PME, des Transports, du Travail et de l’Agriculture.

Si on ne peut douter du bien fondé de la raison invoquée par le Conseil, à savoir le «non respect de procédure appropriée», pourquoi le Conseil a-t-il laissé publier ces nominations pour ne les dénoncer que 5 jours plus tard ? Quelles sont ces procédures en la matière qui ont fait défaut ? Les ministres en ignoraient-ils l’existence et qui ou quelle autorité devait veiller à leur conformité ?

Peut-être que le chef de l’Exécutif s’est aperçu que ces nominations étaient à caractère raciale comme il l’a souligné dans son discours à la Nation du16 octobre, à l’occasion de son premier anniversaire à la tête du pays. En effet, Ali Bongo a dénoncé publiquement ses ministres dont les choix de nominations sont « orientés vers le village, l’ethnie, le clan ou la province» au détriment des critères rationnelles notamment la compétence.

«Il n’est pas normal que, quand je demande des Gabonais compétents, on ne positionne que des parents ; il n’est pas normal que, nous ne jugions bons que ceux qui sont de notre ethnie. Je me battrais de toutes mes forces, aux côtés de tous les patriotes, pour ne pas laisser de place à ces réflexes rétrogrades qui consistent à défendre ou placer d’abord le membre de sa famille, de son ethnie, de sa province même si celui-ci ne dispose d’aucune compétence, d’aucun mérite», a martelé le président gabonais.

Mais fallait-il 12 mois pour constater ce qui se faisait déjà dès les premières nominations du gouvernement ? La raison invoquée par le Conseil des ministres pourrait aussi n’être qu’un subterfuge pour être en phase avec le remaniement ministériel qui doit intervenir d’ici là.
En effet, le Conseil des ministres n’a annulé que les nominations des ministères et non celles des institutions. Or, les nominations des institutions sont présentées au Conseil des ministres par le ministre en charge des relations avec les institutions. Il en est de même pour celles des administrations parapubliques qui sont faites par le ministre de tutelle.

Il est certainement plus commode d’attendre que la nouvelle équipe qui va entrer en fonction d’ici peu face des nominations, en tenant compte des contingences politiques actuelles, au regard de l’agenda de 2011. Cette décision suggère que les 12 ministères concernés ne garderont probablement pas leurs titulaires actuels qui auraient failli au respect des «valeurs ou normes de conduites », engagement signé le 12 novembre 2009 par les 30 membres du gouvernement. Mais les 12 sont-ils les seuls ?

2 Commentaires

  1. Bonjour,
    eh oui, nous voila encore face à une stratégie de manipulation des masses populaires. L’objectif est de nous faire croire que la monarchie nous veut du bien.
    Soyez vigilants! le blasphématoire oligarque a crée de toute pièce ce problème, ensuite il provoque une réaction en prétendant être indigné de ce qui s’est fait et enfin, il vous offre une solution en annulant les nomminations incriminées. Voyons, n’acceptez plus d’être aveugle, borgne ou sourd… car c’est la Bête apocalyptique qui contrôle tout, les autres ne sont que des exécutants qui ont accepté de servir la Bête et on sait ce qui est arrivé à la Bête ensuite….
    Restez sur vos gardes et ne tombez pas dans l’illusion de justice et de démocratie que l’on veut vous servir.
    Au blasphémateur et génocidaire du Gabon, sachez que vous avez été découvert, malgré toutes vos manipulations, vous et votre équipe de fossoyeurs vous aurez des comptes à rendre plus vite que vous ne le croyez, car voià le commencement de la fin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here