Le président gabonais Ali Bongo “a décidé d’initier une révision de la Constitution” de son pays, avec modification de “trois paragraphes et 36 articles”, notamment sur l’organisation des élections présidentielle et parlementaires, selon un communiqué officiel diffusé aujourd’hui. “Le président de la République (Ali Bongo) a décidé d’initier une révision de la Constitution de la République”, indique ce communiqué du Conseil des ministres tenu mardi à Libreville, lu sur la télévision publique RTG1 par le porte-parole du gouvernement et ministre de l’Education Séraphin Moundounga.

Ali Bongo a bouclé un an de pouvoir le 16 octobre. Il a été porté à la tête du Gabon à l’issue d’une élection présidentielle anticipée organisée fin août 2009, à la suite du décès -en cours de mandat- de son père, Omar Bongo Ondimba. En 2003, le parlement gabonais – Assemblée nationale et Sénat – avait adopté une révision constitutionnelle instaurant le scrutin à tour unique pour toutes les élections politiques et autorisant le chef de l’Etat à briguer plus de deux mandats. “Le président de la République est élu pour sept ans au suffrage universel direct. Il est rééligible”, stipule l’actuelle Constitution.

Selon le communiqué du gouvernement, le nouveau projet de révision constitutionnelle a été motivé notamment par le constat “que la Loi fondamentale (du Gabon) se heurte aujourd’hui à des contingences diverses qui l’obligent à s’adapter à la réalité”. “Pour corriger ces imperfections, le Conseil des ministres a apporté des modifications relatives à certaines dispositions pertinentes de la Constitution, notamment sur trois paragraphes et 36 articles”, et “la réforme touche l’ensemble des matières”, explique le gouvernement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here