spot_imgspot_img

POLITIQUE / Journées de réflexion du PDG : Recourir à l’émergence pour « lutter contre les déficiences sociales en développement », au Gabon

Au cours d’un exposé sous le thème « responsabilités des militants face aux défis de l’émergence », présenté dans le cadre des journées de réflexion du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), ce samedi à Libreville, l’ancien fonctionnaire de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), le « camarade » Hamidou Okaba a mis en relief la capacité de la politique de l’émergence à « lutter contre les déficiences sociales en développement », au Gabon, et positionner le pays comme un acteur majeur de la gouvernance internationale.

« TRANSFORMER SES RESSOURCES »

A la tribune, d’entrée de jeu, le conférencier a relevé la nécessité, pour le Gabon, de passer d’une « économie de chasse et de cueillette », qui la caractérisait jusqu’à lors, a une économie de production, créée par « l’intelligence. Au moment où, a-t-il remarqué, les « débats font rage dans l’opinion », à propos du « concept » de l’émergence, l’orateur- un économiste de formation- a choisi de mettre en évidence les indicateurs qui caractérisent ce niveau de développement.

« Un pays émergent est un pays doté d’un taux de croissance élevée, d’une industrialisation rapide et d’un fort taux d’ouverture aux échanges commerciaux internationaux », a-t-il indiqué avant de déplorer, que dans le milieu scientifique, peu de définitions s’appesantissent sur les moyens d’y parvenir.

Pour M. Okaba, la rapidité d’un Etat, dans sa capacité à « transformer ses ressources, identifier les problèmes, anticiper les imprévus » et « rectifier les écarts de trajectoire », sont autant de données qui permettent d’atteindre la voie de l’émergence.

Pour se faire, selon l’expert de l’ONU, il importe que le Gabon s’emploie à « réduire les distances ». Un impératif qui pourrait se matérialiser par la décentralisation, et le renforcement du pouvoir des communes, mais également par la « déconcentration des services », et le développement des télécommunications.

PLUS DE « RAPIDITE »

Sur le plan administratif, il importe également « d’accélérer et de rectifier les procédures », dont la lenteur, « héritée de l’époque coloniale », ne saurait encourager l’investissement étranger. Aussi, pour Hamidou Okaba, la « gestion parcimonieuse du temps » est -t-elle de mise.

Loin d’être un « simple concept », l’émergence est pour le conférencier un moyen d’atteindre deux objectifs majeurs au Gabon: « lutter contre les déficiences sociales en développement », et une fois la réussite économique effective, porter le pays au pinacle de la gouvernance mondiale.

Or, cette ambition d’émergence implique les militants du PDG, et les incite à « soutenir les mesures pertinentes prises par le Gouvernement », souvent contraint à « prendre des décisions impopulaires ».

« MODELE GABONAIS DE L’EMERGENCE »

Peu de temps après cette contribution, à la faveur d’échanges prolongés, et cordiaux, les membres de la formation politique ont manifesté leur adhésion aux propos tenus par Hamidou Okaba.

Ainsi, le premier ministre, Chef du gouvernement, par ailleurs membre du bureau politique du PDG, Paul Biyoghé Mba, a noté, dans son prolongement que « l’émergence et les réformes vont de pairs ». Un constat partagée par le « camarade » Guy Nzouba Ndama, qui a déploré le fait qu’actuellement, divers séminaires et conférences soient ouverts sous ce thème, sans que son contenu ne soit réellement mis en exergue.

Du côté des membres de l’Union des Jeunes du Parti (UJPDG), en revanche, des préoccupations ont porté sur la constitution, à terme, d’un modèle « gabonais de l’émergence », à l’image de celle caractérisant les quatre Dragons d’Asie (Corée du Sud, Hong-Kong, Taïwan, Singapour) et depuis peu , la Chine est associé à ce groupe .

Quelques temps avant M. Okaba, il revenait à Flavien Enongoué, enseignant en philosophie, d’éclairer l’assemblée sur le thème « comment concilier ses responsabilités républicaines avec son engagement militant ?».

Les journées de réflexion du PDG se sont ouvertes ce samedi matin, « sous le signe de la réflexion, des échanges, du partage d’expériences, de la sensibilisation et de la dynamisation de l’ensemble de nos structures politiques », selon les propos du secrétaire exécutif, Faustin Boukoubi.

Ces assises interviennent au lendemain de la célébration du premier anniversaire de l’investiture, le 16 octobre 2009, du président de la République, Ali Bongo Ondimba, également leader du Parti Démocratique Gabonais.

Mis à jour ( Dimanche, 24 Octobre 2010 16:45 )

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES