La rencontre, jeudi à Tokyo, entre le Chef de l’Etat et des parlementaires japonais, la reprise, « à couteaux tirés » des filiales gabonaises de l’entreprise française Plyrosol, et le renforcement, par la coopération française de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), cristallisent l’actualité dans les pages de la presse quotidienne gabonaise de ce vendredi. Panorama.

« Le Japon prêt à soutenir le Gabon », titre le quotidien Gabon Matin, au lendemain de la rencontre, à Tokyo (Japon), entre le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, des parlementaires du parti Démocrate (PLD, au pouvoir), et des dirigeants de multinationales locales. L’entrevue, selon notre confrère, a permis à la délégation japonaise, conduite par le vice-président de la chambre basse, de réaffirmer la volonté de renforcer la coopération avec le Gabon.

« Ce soutient devra se concrétiser, en sus des actions déjà menées dans les domaines les plus divers, par une incitation forte menée auprès des grandes firmes industrielle de leur pays à investir massivement au Gabon (…) une volonté exprimée au cours des audiences que le président de la République a accordées successivement au président du comité africain du patronat japonais, Akio Dabashi, et au président du groupe Mitsubishi », relève l’auteur de l’article, par ailleurs envoyé spécial de Gabon Matin à Tokyo, Lin Joël Ndembé.

« En attendant l’empereur aujourd’hui », accroche pour sa part l’Union, sur la même actualité. En effet, vingt quatre heures après cet entretien avec les parlementaires et Chefs d’entreprises du pays du soleil levant, qui elle-même s’inscrivait dans le prolongement des échanges qu’il a eus la veille à Nagoya avec le premier ministre nippon, Naoto Kan, le Président de la République devrait s’entretenir cet après-midi avec l’Empereur Ahitito.

Auparavant, Ali Bongo Ondimba aura « vanté auprès des différents opérateurs japonais qu’il a rencontrés, les nombreuses potentialités et autres opportunités d’affaires qu’offrent l’Afrique en général et le Gabon en particulier ».

« La bataille de la forêt ? », s’interroge l’Union en grande UNE, en référence à la discorde qui oppose le libanais John Bitar, au chinois Guohua Zhang, dans le cadre de la reprise de Plyrosol, ex-leader européen dans ce domaine, et de ses filiales gabonaises, Pogab et leroy.

Dans un article plus complet, de Maxime Mihindou : « Pogab et leroy Gabon sous scellés », l’Union fait état de la décision du tribunal de Lisieux (France) concernant la cession de Pogab et Leroy Gabon au groupe John Bitar.

Cependant « dans plusieurs communiqués parus dans le quotidien l‘Union » l’« ancien » directeur général de Pogab Gabon, François Whu- à la tête du groupe jusqu’à sa liquidation en septembre – « affirme que la décision rendue par le tribunal français ne concerne pas les sociétés du Gabon. Selon lui, Leroy Gabon et Pogab sont enregistrés au Gabon et donc soumises au droit gabonais ».

Or, selon notre confère, des indiscrétions indiquent que le tribunal de Libreville aurait implicitement donné raison au libanais John Bitar. En effet, « L’homme d’affaire (…) a déjà pris attache avec le personnel des deux entreprises au Gabon concernant la reprise inéluctable du travail et la redynamisation des usines ».

« La coopération française renforce la COMIFAC », rapporte pour sa part Gabon Matin, également en grande UNE. « Une convention de financement à hauteur de 900 000 euros, soit 590 millions de francs CFA, a été signée le 25 octobre à Yaoundé entre la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC) et l’Agence Française de Développement dans le cadre de la continuité du soutien à l’organisation sous-régionale initiée par la France depuis 2002.

Selon notre confrère, cet accord permettra à la COMIFAC de bénéficier d’un appui technique « sous la forme d’une double expertise spécialisée ». Elle vise à terme, le renforcement organisationnel et opérationnel de l’organisation et entre autres, l’amélioration de la gouvernance forestière des pays membres.

Gabon Matin rappelle que la COMIFAC est amenée à jouer un « rôle moteur pour la mis en œuvre, par ses pays membres, des politiques forestières et environnementales « en cohérence avec leurs engagement internationaux dans ce domaine.

Enfin, sur un tout autre plan, le billet Makaya de ce vendredi, tout en déplorant l’élimination des Panthères juniors de football, dans la course à la qualification de leur Coupe Africaine des Nations (CAN), s’insurge contre leur prochain voyage, qui sera ponctué de deux matches amicaux. « D’accord, les voyages forment la jeunesse. Mais la nôtre,-là s’est elle-même privée des moyens de sa formation en échouant piteusement au port », commente-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here