spot_imgspot_img

Gabon: l’opposition demande la démission d’Ali Bongo

Le président de l’Union nationale (UN), un des deux principaux partis d’opposition du Gabon, a demandé samedi la démission du président Ali Bongo Ondimba et l’arrêt de la révision de la Constitution.

« L’Union nationale demande la démission d’Ali Bongo Ondimba et rejette son projet de révision de la Constitution », a affirmé Zacharie Myboto lors d’un meeting rassemblant un peu plus d’un millier de personnes au siège de son parti à Libreville.

Citant le documentaire « Françafrique » diffusé en décembre par la chaine publique française France2, M. Myboto a affirme: « Un extrait du documentaire (…) montre des autorités françaises (…) qui déclarent que l’élection présidentielle d’août 2009 remportée par Ali Bongo, fils d’Omar Bongo décédé en juin, a été bien truquée. Ces mêmes autorités confirment que c’est bel et bien André Mba Obame (actuel secrétaire exécutif de l’UN) qui avec 42% des suffrages a été élu président de la République ».

Un orateur a promis de distribuer mille DVD à la foule de l’extrait en question. Dans cet extrait, Michel de Bonnecorse, ex-conseiller Afrique du président français Jacques Chirac affirme que les résultats ont été inversés. Michel de Bonnecorse a depuis parlé de « montage » de ses propos affirmant: « Je disais que la dernière rumeur du jour (…) c’était que c’était inversé (le résultat). En aucune façon, je n’ai endossé cette affaire, mais j’ai sans doute été maladroit ».

« Ali Bongo n’a pas gagné il doit partir (..) Non à l’usurpation, non à la dictature non à toute forme de monarchisation du Gabon », a poursuivi M. Myboto.

Le président de l’UN a également demandé le soutien de la communauté internationale en vue des législatives de 2011. Pour lui, la révision en cours de la Constitution qui prévoit notamment « l’attribution de pouvoirs exceptionnels au président en cas de force majeure sans contrôle du parlement » montre qu’il y a une « volonté farouche de se maintenir coûte que coûte au pouvoir (…) C’est un recul des libertés publiques ».

Plusieurs centaines de ses militants ont manifesté dans le calme devant l’Assemblée nationale, déserte le week-end, avec des banderoles sur lesquelles était écrit: « Sarkozy, Obama, Ping (président UA), Ban Ki-Moon. Gabon Côte d’Ivoire: deux poids deux mesures » ou « Communauté internationale, rendez-nous notre victoire. Y a pas que la Côte d’Ivoire ».

« Si Gbagbo (le président de la Côte d’Ivoire) part, Ali (Bongo) doit partir ». La France et Sarkozy mettent la pression à Gbagbo mais pourquoi Sarkozy n’a pas fait ça à Bongo. Ici aussi il y a eu un coup d’Etat électoral », a affirmé à l’AFP, Pierre, un militant de 37 ans.

Exprimez-vous!

  1. Mes pauvrent amis Du Gabon, personne ne stop une affaire qui marche, vous avez un président qui se courbe pour l’argent du petrole, tant que votre économie sera gerer à Paris, rien ne compte, en cote d’Ivoire le Président Gbagbo est la bête à tuer pour la France c’est qu’il refuse d’être celui qui signe les décret faient à Paris au nom de vos pays. Faite votre vie, gerer vos produits ( petrolier, et autres) vous êtes des hommes Libres.

  2. la france exclut les présidents qui veulent le bien de leurs pays. la france soutient le candidat qui fait son affaire. gbagbo est le président 100°/° de la cote d’ivoire ali n’est pas président du gabon. luttez arraché votre victoire ne comptez pas sur la france pour le faire . gabonnais mes frères vous êtes fort c’est votre combat pour la liberté . haut les coeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES