Les trois chefs d’Etat ouest-africains envoyés à Abidjan pour demander à Laurent Gbagbo de quitter le pouvoir, ont entamé mardi leur entretien avec lui peu avant 14H00 au palais présidentiel.
Les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et capverdien Pedro Pires, sont arrivés dans des voitures séparées qui se suivaient au palais présidentiel du Plateau, quartier administratif d’Abidjan.

Laurent Gbagbo les attendait à la sortie de leurs véhicules et a donné l’accolade à chacun d’eux, avant de les faire entrer dans un salon de la présidence.

Les trois émissaires venaient de rencontrer Choï Young-jin, patron de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci, 9.000 hommes), dans un grand hôtel de la capitale économique ivoirienne.

A l’issue de leur entretien avec Laurent Gbagbo, ils doivent aller rencontrer son rival Alassane Ouattara dans l’hôtel qui lui sert de quartier général.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a envoyé ces trois dirigeants comme «dernier geste» pour obtenir le retrait de Laurent Gbagbo au profit d’Alassane Ouattara, reconnu président par une immense partie de la communauté internationale.

L’organisation régionale a menacé le président sortant de recourir à la «force légitime» s’il ne cédait pas à cette injonction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here