Le géant français du nucléaire civil AREVA a investi 2,8 milliards de FCFA en 2009 pour la recherche de l’uranium dans la région de Franceville, dans le sud-est du Gabon, a annoncé le directeur général de la filiale gabonaise de l’entreprise, Jean-François Millan, dans une déclaration à la presse à l’issue d’un entretien avec le ministre gabonais des mines, Alexandre Barro Chambrier.

En 2008, l’Etat gabonais a signé avec AREVA un contrat de concession de trois ans renouvelable deux fois, portant sur trois permis de prospection sur les sites de Mopia, Lékabi et Andjogo.

Le groupe AREVA est actuellement engagé au Gabon dans des campagnes d’exploration de l’uranium dont les retombées sont très attendues.

Créée en 2008, la filiale gabonaise du groupe est basée à Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est), une province où la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), autre filiale d’AREVA, a exploité une mine d’uranium pendant près de quatre décennies dans la petite localité de Mounana.

Entre 1961 et 1999, date d’arrêt de l’exploitation, la COMUF a extrait 26.660 tonnes d’uranium dans les mines de Bouyindzi, Okolobondo et Oklo fond. L’entreprise est restée surplace pour procéder à un réaménagement des sites exploités, afin de résoudre un certain nombre de problèmes environnementaux.

En 2008, l’Etat gabonais a attribué à la COMUF un permis de prospection et d’exploitation dans la même région, par le biais du Commissariat de l’énergie atomique (CEA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here