spot_imgspot_img

La SEEG sommée de présenter un plan de renouvellement de ses équipements sur cinq ans

Le gouvernement gabonais a sommé la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) de présenter un plan de rattrapage pour le renouvellement des équipements à réaliser sur cinq ans, rapporte le communiqué final ayant sanctionné le conseil des ministres réuni mercredi à Libreville, autour du président Ali Bongo Ondimba.

La décision fait suite aux conclusions de l’audit comptable et tarifaire, financier et technique de la convention de concession signée par le gouvernement gabonais avec la SEEG en 1997.

Effectué par le Cabinet Deloitte Gabon, l’audit, dont les conclusions ont été portées à la connaissance du gouvernement, a relevé des défaillances du concessionnaire à maintenir et à renouveler les biens du domaine concédé et ses difficultés à accompagner l’augmentation de la demande et à satisfaire les exigences sur la qualité du service, note le communiqué du conseil des ministres.

Face à ces manquements, le gouvernement a exhorté la SEEG à soumettre un rapport annuel spécifique d’avancement du plan de rattrapage du renouvellement des équipements, à compter de la fin de l’année 2011, ainsi que de respecter strictement les délais contractuels de réalisation des branchements en eau et électricité et de traitement des réclamations.

Le gouvernement a, en outre, saisi l’Agence de Régulation de l’Eau Potable et de l’Energie et l’a exhortée à renforcer le contrôle du respect, par la SEEG, des dispositions de la convention de concession et de ses avenants, et à présenter, avant la fin de l’année 2011, une nouvelle structure tarifaire qui tienne compte de la structure des coûts actuels et futurs de la SEEG, indique le communiqué.

Le gouvernement a également demande à l’Agence de régulation d’inspecter, dans un délai de six (6) mois, des biens de retour, afin de définir les travaux nécessaires à l’exploitation, à l’adaptation des installations dont les réparations et les mises à niveau seront réalisées progressivement par la SEEG.

Selon le communiqué, le gouvernement s’est engagé à mettre à la disposition de l’Agence de Régulation les moyens nécessaires à l’accomplissement de ces missions et a demandé aux ministères en charge de l’Economie et de l’Energie, d’élaborer une nouvelle méthode de calcul du taux de desserte en eau et en électricité sur l’ensemble du territoire, ainsi que d’accélérer le rythme de mise en œuvre des projets en vue de résoudre les problèmes d’eau et d’électricité.

Selon toujours le communiqué, une nouvelle Commission Interministérielle a été créée pour se charger du suivi de ces mesures et de la révision de la convention de concession avec la SEEG, filiale du groupe français Veolia, qui dispose du monopole de la distribution de l’eau et de l’électricité au Gabon.

En raison de l’obsolescence de ses équipements et d’une demande sans cesse croissante en eau et en électricité, la SEEG est confrontée à d’énormes difficultés pour remplir ses missions régaliennes.

Délestages intempestifs d’électricité, coupures d’eau récurrentes, factures exorbitantes en totale inadéquation avec l’offre de service : la SEEG a réuni tous les mauvais points pour s’attirer la colère des populations et du gouvernement qui a décidé de peser de tout son poids pour obtenir, de la filiale de Veolia, une amélioration de la qualité et de l’offre de service, dans les meilleurs délais.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES