Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et ses proches dans le collimateur de la justice

En Côte d’Ivoire, des « enquêtes préliminaires » ont été ouvertes contre le président déchu, Laurent Gbagbo, son épouse, et une soixantaine de personnes parmi ses proches. C’est ce qu’a annoncé Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement, à la télévision ivoirienne TCI , le 26 avril, à l’issue du conseil des ministres du gouvernement d’Alassane Ouattara. Les enquêtes qui sont en cours concernent « les crimes et délits commis » par Laurent Gbagbo et son clan. Près de 1 000 personnes ont été tuées dans des violences lors de la crise post électorale.

« Des procédures d’enquêtes préliminaires sont en cours pour les crimes et délits commis par Laurent Gbagbo et son clan », Patrick Achi, le porte-parole du gouvernement l’a déclaré mardi, à la sortie du conseil de l’équipe dirigée par le Premier ministre Guillaume Soro.

Sont donc concernés, Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord du pays, à Korhogo, et son épouse, Simone, également assignée à résidence, mais dans une autre ville, à Odienne dans le Nord-Ouest. Ces enquêtes concerneraient aussi au moins 200 personnes, selon une source proche du dossier. Cent-vingt personnes avaient été arrêtées le 11 avril à la résidence présidentielle d’Abidjan, emmenées par la suite à l’Hôtel du Golf, quartier général d’Alassane Ouattara et de son gouvernement. Une soixantaine d’entre elles avaient été libérées cinq jours plus tard.

Alors,pourquoi ces investigations ? Le gouvernement d’Alassane Ouattara accuse Laurent Gbagbo d’être le principal responsable des violences qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire ces cinq derniers mois. Le 10 mars, Le panel de l’Union africaine avait confirmé la défaite de Gbagbo à la présidentielle du 28 novembre et lui avait demandé de se retirer. Le tribun avait choisi la voix militaire pour rester au Palais et à la résidence présidentiels, jusqu’à ce qu’il en soit chassé par la force.

Quant aux cadres du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, logés dans un hôtel d’Abidjan, payé par le gouvernement Ouattara, un décret collectif leur signifiant qu’ils sont en résidence surveillée aurait été signé, mais la plupart d’entre eux ne se considèrent pas comme des assignés à résidence.

Mardi après-midi, c’est à dire, avant l’annonce de l’ouverture de ces enquêtes préliminaires, Marie-Antoinette Singleton, la fille de Laurent et Simone Gbagbo, qui vit aux Etats-Unis, a déclaré à RFI, qu’elle n’a aucune nouvelle de sa famille, et dénonce par ailleurs le flou qui entoure la détention de ses parents et des membres de l’ancien régime.

Le cas IB

Le président Ouattara a menacé le 22 avril vendredi de «désarmer par la force» les groupes armés encore actifs à Yopougon et le «Commando invisible», dont se réclame Ibrahim Coulibaly dit IB. IB contrôle une partie de la commune d’Abobo et de la sous-préfecture d’Anyama. Une rencontre entre émissaires de Soro et d’IB a eu lieu hier.

Pour le représenter, Ibrahim Coulibaly a envoyé un de ses lieutenants, Félix Anoblé. Une question de posture pour IB. Dès le début de la rébellion en 2002, une forte rivalité l’oppose à l’actuel Premier ministre, Guillaume Soro. Depuis des jours, une bataille de la communication s’est engagée.

La semaine dernière, IB convoque une conférence de presse, au cours de laquelle il rappelle qu’il s’est battu depuis le mois de janvier contre les forces pro-Gbagbo, précise qu’il se tient à la disposition du nouveau Président ivoirien, qu’il veut le rencontrer. Quatre jours plus tard, Alassane Ouattara ordonne au ministre de la Défense, Guillaume Soro, de demander à Ibrahim Coulibaly de déposer les armes. De l’y contraindre en cas de refus. La suite, c’est une série de communiqués et de rendez-vous manqués.

Par deux fois, le 24 et le 26 avril, IB aurait posé un «lapin» aux émissaires de Guillaume Soro. Pour la première rencontre, il a dit qu’il était souffrant, à la dernière minute Et pour la seconde, IB nie avoir été convié à une quelconque rencontre avec les services de Guillaume Soro. Ibrahim Coulibaly a de son côté dit que le chef de l’Etat allait le recevoir lundi prochain. Une rencontre qui n’a jamais été envisagée, selon l’entourage d’Alassane Ouattara.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, un peu plus libres

Les juges de la Cour pénale internationale ont assoupli les conditions de la liberté accordée à l’ancien président ivoirien et à son ex-ministre. A l’heure...

Hirak: Une vague de colère contre le documentaire «Algérie, mon amour»

Diffusé sur France 5 mardi soir, le film de Mustapha Kessous a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux. Une diversion bienvenue pour le...

La CPI modifie les conditions de mise en liberté de Gbagbo et Blé Goudé

Dans une décision rendue ce jeudi, la Chambre d'appel de la CPI a décidé de révoquer une partie des conditions de mise en liberté...

CAN 2021: pourquoi un report est plausible mais pas si simple

L’hypothèse d’un report de la prochaine Coupe d’Afrique des nations, prévue du 9 janvier au 6 février au Cameroun, prend de l’ampleur, à cause...

Madagascar: le président se rend à Tamatave, particulièrement touchée par le coronavirus

Madagascar connaît actuellement une flambée de cas de Covid-19, particulièrement à Tamatave, la 2e ville du pays, où le personnel soignant manque de moyens....

Le Gabon et Sao Tomé s’accordent sur la délimitation de leur frontière maritime

Les députés gabonais réunis en séance plénière, le 11 mai 2020, ont ratifié le traité sur la délimitation de la frontière entre le Gabon...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : déjà 15 morts au Gabon

Le Gabon a enregistré vendredi 29 mai 2020 son 15ème décès lié au Coronavirus, a annoncé le porte-parole du Comité de pilotage de la...

Electricité «cadeau» : Ali Bongo a-t-il donné l’ordre d’exclure des milliers de Gabonais ?

De milliers de Gabonais ont eu le malheur de constater qu’ils ne sont plus éligibles à la mesure de gratuité de l’électricité. Naturellement, les...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Comment Libreville veut sortir de sa dépendance au pétrole

En signant avec Apollo Minerals et Trek Metals pour la prospection de zinc et de plomb, le Gabon cherche à renforcer son secteur minier,...

Gratuité d’eau et électricité : Exclusivement réservée aux GEF

La seconde phase de l’opération de gratuité des consommations d’eau et d’électricité lancée le 25 mai, ne concerne que des personnes économiquement faibles, classées...