Ouattara en appelle à la CPI pour juger Laurent Gbagbo

INFO LE FIGARO – Le nouveau président ivoirien a écrit à la Cour pénale internationale pour lui demander d’enquêter sur les massacres.

Que faire de Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans le nord de la Côte d’Ivoire depuis son arrestation, le 11 avril dernier ? Alassane Ouattara a tranché en décidant de soumettre son ancien rival à la justice internationale. Le nouveau président ivoirien, qui sera investi samedi prochain, a écrit le 3 mai dernier en ce sens au procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

Dans sa lettre, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, il demande à Luis Moreno Ocampo de mener «des enquêtes indépendantes et impartiales sur les crimes les plus graves commis depuis le 28 novembre 2010 (date du deuxième tour de l’élection présidentielle, NDLR) sur l’ensemble du territoire ivoirien».

Ces enquêtes, poursuit Alassane Ouattara, visent à ce que «les personnes portant la responsabilité pénale la plus lourde pour ces crimes soient identifiées, poursuivies et traduites devant la CPI».

Le nom de Laurent Gbagbo n’apparaît pas dans cette missive, mais il ne fait guère de doute que la démarche de son successeur le concerne au premier chef. Alassane Ouattara justifie son initiative par les carences de la justice ivoirienne, désorganisée par la crise traversée par le pays. Dans ces conditions, écrit-t-il, «toute tentative de traduire en justice les plus hauts responsables risquerait de se heurter à des difficultés de tous ordres».

Soumettre Laurent Gbagbo à la justice nationale s’apparenterait à un casse-tête pour le chef de l’État, aux commandes d’un pays profondément divisé par une décennie d’instabilité politique. Selon le procureur Ocampo, qui dit en avoir discuté récemment avec lui au téléphone, «Ouattara veut que son gouvernement commence sur des bases solides en démontrant clairement qu’il n’est impliqué dans aucun massacre». Une exigence audacieuse dans la mesure où Ouattara pourrait lui aussi se voir reprocher des exactions dans l’ouest du pays et à Abidjan. Un risque qu’il est manifestement prêt à prendre, l’estimant sans doute moins sérieux que celui d’avoir à s’encombrer du procès Gbagbo.

Enquêtes préliminaires
Le procureur de la CPI a déjà procédé à une évaluation préliminaire. Il devrait demander dans les prochaines semaines aux juges l’autorisation d’ouvrir une enquête. La Côte d’Ivoire n’est pas encore parti au traité de Rome qui a institué la CPI en 2002 pour juger les crimes les plus graves, génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Laurent Gbagbo avait néanmoins accepté la juridiction de la Cour en 2004. Une décision confirmée en décembre dernier par Ouattara, permettant au procureur Ocampo de se saisir proprio motu de l’affaire. Les juges pourraient rendre leur décision d’ici un à deux mois.

S’ils donnent leur feu vert, l’enquête pourra débuter avec le recueil de témoignages. Les enquêteurs se pencheront notamment sur le massacre d’Abobo, le 17 mars, lorsque des obus de mortier tirés par les forces loyales à Laurent Gbagbo ont fait une centaine de morts et de blessés. Reste à savoir si l’ex-président pourrait, à terme, être transféré à La Haye. «Il y a plusieurs étapes avant cela» , répond Luis Moreno Ocampo, mais si une enquête démontrait selon nous sa responsabilité dans les crimes les plus graves de notre compétence, c’est une possibilité.»

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Coronavirus: l’Afrique face à la pandémie le dimanche 31 mai

Selon Africa CDC, le Centre africain de prévention des contrôles des maladies, le continent recensait ce samedi 142 289 cas de Covid-19, et 4...

Sénégal: la recrudescence des cas de coronavirus inquiète les autorités

Des mesures sanitaires plus strictes entreront bientôt en vigueur à Dakar, a annoncé le ministre de la Santé sénégalais samedi 30 mai en conférence...

RDC: l’ONU inquiète face aux intimidations, arrestations et détentions arbitraires

En République démocratique du Congo (RDC), les Nations unies s’inquiètent d’une dégradation du respect des droits de l’homme dans certaines provinces. Intimidations, arrestations et...

Covid-19 : la Caf octroie 120 millions de francs à chacune des 54 fédérations

Lors de sa réunion du jeudi 28 mai 2020 tenue par visioconférence, le Comité d'urgence de la Confédération africaine de football, dirigé par le...

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, un peu plus libres

Les juges de la Cour pénale internationale ont assoupli les conditions de la liberté accordée à l’ancien président ivoirien et à son ex-ministre. A l’heure...

Hirak: Une vague de colère contre le documentaire «Algérie, mon amour»

Diffusé sur France 5 mardi soir, le film de Mustapha Kessous a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux. Une diversion bienvenue pour le...

Suivez-nous!

1,335FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Baisse du nombre de cas positifs les weekend: les explications du Copil

En médaillon, le Docteur Guy Patrick Obiang Ndong, vice-président du Comité de pilotage du Plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus...

Pétrole : Le premier trimestre de Total Gabon plombé par le Covid-19

La filiale locale du géant des services pétroliers français, Total, accuse au premier trimestre de l’année en cours un résultat net de 8 millions...

PIP 2015/Prime Covid-19 : Les Affaires sociales veulent leur part

Le Syndicat national des travailleurs du secteur social (Synatrass) est monté au créneau le 30 mai pour réclamer au Premier ministre de réparer les...

Crowd1 & Coffre 2 Lux : Les mises en gardes du gouvernement

Interpellé dans l’article «Alerte à l’escroquerie : «Coffre 2 Lux» est au Gabon, «Crowd1» arrive» (lire «Alerte à l’escroquerie : Coffre 2 Lux est...

Sogatra : Les agents déflatés toujours à la diète

Abandonnés à eux-mêmes depuis près d’un an et confrontés à des situations difficiles, le Collectif des agents déflatés de la Société gabonaise de transport...