Jean Raoul Mbadinga, journaliste à la Télévision publique gabonaise (RTG 1) a échappé samedi dernier, à Libreville à un lynchage des militants et sympathisants de l’opposition, alors qu’il venait de couvrir leur meeting.

Ces militants surexcités ont voulu se jeter sur Jean Raoul Mbadinga mais ils ont été stoppés par un groupe de journalistes formant une ceinture de sécurité pour protéger leur confrère en difficulté.

La police qui encadrait le meeting ayant constaté cet acharnement est venu intervenir au moment où un proche de l’ancien président de l’ex-UN, Zacharie Myboto, a décidé d’embarquer le journaliste et son cadreur dans sa voiture.

Encerclé par les militants agissant comme des barbares, la voiture a pu démarrer grâce à l’intervention de la police.

Les militants de l’ex-UN voulaient ainsi faire payer au journaliste, leur colère contre la Télévision d’Etat accusée d’être « un organe de propagande au service » du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir).

Les messages de certains leaders de l’opposition accusant les journalistes de n’être qu’au service du pouvoir ont aussi pourri le climat pendant le meeting et Jean Raoul Mbadinga était directement pointé du doigt et ouvertement menacé.

Les militants ayant voulu agressé le journaliste arboraient les couleurs et les T-shirt aux initiales de l’ancien parti légalement dissout.

La Police Nationale a fait montre de professionnalisme, pour avoir bien canalisé le bon déroulement de l’événement jusqu’à la fin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here