Interrogé, mercredi à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Tolérance, André Dieudonné Berre, membre du comité permanent du bureau politique du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) dont la devise est « Dialogue-Tolérance-Paix », a expliqué dans un entretien exclusif accordé à GABONEWS que : « La Tolérance, c’est accepter l’autre ». Entretien. GABONEWS : A quoi renvoie la notion de « Tolérance », contenue dans la devise de votre parti ?

André Dieudonné Berre (ADB) : Le triptyque de la devise de notre parti est « Dialogue, Tolérance et Paix ». La Tolérance, c’est accepter l’autre. C’est pouvoir dire qu’il y a quelque chose de bien provenant de quelqu’un d’autre, ce qui force à l’écouter d’une manière très précautionneuse parce que la qualité d’un individu, surtout d’un politicien est de savoir écouter afin de mieux répondre.

Après avoir bien écouté, on peut ensuite entamer le dialogue en vue de lever les incompréhensions s’il y en a et aboutir à une situation stabilisée qui est la paix. Et c’est ce que nous, au PDG recherchons car, rien ne peut se faire sans la paix. Qu’on parle de travail, c’est la paix, qu’on parle d’agriculture, il faut la paix, qu’on parle du développement dans tous les domaines, bref, juste pour dire que la paix est le cheminement vers lequel nous devons tendre. Ce cheminement passe nécessairement par la Tolérance.

GABONEWS : En excluant certains membres de votre parti, le PDG fait-t-il preuve de Tolérance ?

ADB : Vous savez qu’on a toujours tendance à prêcher pour sa chapelle et donc cela ne vous étonnera pas que je dise que nous faisons preuve de Tolérance au PDG. Nous sommes toujours ouverts au dialogue et parfois c’est même nous qui le suscitons peut être parce que nous sommes le parti au pouvoir et le plus étendu car, notre parti est répandu à travers tout le pays tandis que les autres sont, pour la plupart, au stade du balbutiement.

Donc, nous faisons preuves de Tolérance parce que nous devons construire ensemble et malgré le fait que tout n’est pas pris en compte, il faut aussi être logique envers nous-mêmes. Nous parlons de démocratie et cela signifie par définition que c’est le gouvernement du peuple par le peuple, donc la majorité qui normalement conduit les affaires et, la minorité doit en tenir compte car, il faut que la majorité soit satisfaite.

Dire que tout le monde doit être satisfait, moi, j’appelle ça la démagogie. Je crois donc qu’on n’a intérêt à être tolérant et à discuter avec les autres qui doivent également savoir qu’il leur revient de se plier aux décisions de la majorité et non l’inverse.

En résumé, nous recherchons la tolérance sinon cette notion n’existerait pas dans la devise du parti. Aussi, j’estime que par définition, un militant PDG doit être tolérant. Cela ne veut pas dire qu’il doit perdre son identité ou sa personnalité, mais cela veut, tout simplement, dire qu’il doit être prêt à écouter les propositions des autres et pourquoi pas les intégrer dans un programme commun qui aille avec l’apport des autres dans le sens des intérêts bien compris de nos concitoyens.

GABONEWS : Quelles sont les actions concrètes posées par votre formation politique afin de promouvoir la Tolérance ?

Comme actions concrètes, il faut d’abord savoir que nous ne sommes pas fermés au dialogue, bien au contraire car à chaque fois que l’occasion se présente, que ce soient les accords de « Paris » ou les différentes discussions que nous avons pu avoir, que cela soit les propositions qui ont été faites par les autres partis, nous avons accepté par feu notre Président fondateur ou par l’actuel Président, Ali Bongo Ondimba. Lorsque des propositions sont faites nous ne les rejetons pas. Nous discutons pour qu’elles aillent dans l’intérêt du pays. Nous dialoguons avec tous les partis politiques pourvu qu’ils répondent à un certain nombre des critères car nous n’acceptons pas de repli identitaire par exemple, nous voulons de préférence discuter avec des partis nationaux et non matrimoniaux.

J’estime que cela est donc une preuve de tolérance car, sous d’autres cieux, nous voyons ce qui se passe. Dans notre pays, il y a une certaine tolérance : à l’image des journaux où tout le monde est allègrement injurié, parfois critiqué injustement, malgré le travail fait par le CNC (Conseil National de la Communication).

GABONEWS : Cette Journée internationale de la Tolérance coïncide avec le grand meeting du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, issu de vos rangs. Il appelle tous les Gabonais à l’unité et au calme à l’approche des deux grands évènements que doit accueillir notre pays (élections législatives et Coupe d’Afrique des Nations de football Orange). Est-ce faire preuve de tolérance envers ceux qui ne partagent pas les mêmes vues que celles du PDG?

ADB : D’abord, comme vous l’avez dit : il s’agit d’une visite républicaine et non d’une visite partisane. En démocratie, le Président de la République représente la Première Institution du pays. C’est vrai qu’il est issu d’un parti politique, mais lorsqu’il vient en tant qu’institution, ce sont tous les Gabonais qui sont invités.

Comme cela s’est fait partout où il est passé, il a reçu en audience, sans distinction d’appartenance politique, les cadres et notables pour ne citer que ceux-là. N’est-ce pas faire preuve de tolérance ? Donc, comme je vous l’ai dit, notre devise qui prône la tolérance vise à parvenir à une bonne démocratie et à garantir la paix. Rien n’est possible sans la paix. Pas de développement sans paix. Même pour la CAN, il faut que la tolérance et la paix existent entre joueurs pour parvenir à un résultat positif.

La tolérance et la paix sont les impératifs sans lesquels rien ne peut se faire, ni se construire. Pensons à des pays africains frères qui ont connu des périodes d’instabilité et comprenons la chance et la responsabilité qui est la nôtre dans la préservation de ce dialogue, de cette tolérance et de cette paix dont nous jouissons tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here