Socialisez

FacebookTwitterRSSYoutube

Le suivi et l’analyse de l’exécution budgétaire au menu

Auteur/Source: · Date: 8 nov 2012
Catégorie(s): Economie

Les acteurs de la dépense publique planchent depuis 48 heures sur le « suivi et l’analyse de l’exécution budgétaire », dans le cadre d’une formation dont le but est d’améliorer l‘allocation et l’utilisation des ressources.

« Le but de ces assises est de permettre aux administrateurs de crédits et aux directeurs centraux des affaires financières de mieux suivre et mettre en exergue, à chaque fois que cela sera nécessaire, les limites ou les freins à une bonne exécution du budget et d’en proposer autant que possible les mesures correctives nécessaires », a indiqué Yolande Nyonda, le secrétaire général du ministère de Budget, à l’ouverture des assises.

Pour elle,  » au-delà de l’exécution de la dépense, les participants doivent pouvoir retracer et analyser toute information relative aux transactions effectuées en visant l’efficacité de la dépense’’.

« Cette analyse repose sur l’organisation d’une procédure qui consiste à remonter les informations et le dialogue de gestion autour des éléments qui permettront d’éclairer les décisions budgétaire, a-t-elle poursuivi.

Ainsi, « les administrateurs de crédits et les directeurs centraux des affaires financières doivent suivre l’exécution de leur budget et renseigner correctement les autorités hiérarchiques. De même que les responsables du pilotage budgétaire pourront instaurer un véritable dialogue de gestion entre les acteurs du processus de la dépense publique », a-t-elle précisé, ajoutant que « c’est une nouvelle étape dans la dynamique de reforme budgétaire initié par le gouvernement ».

« Au-delà des outils de préparation budgétaire nouvellement mis en place à travers le cadre de dépenses à moyen terme (CDMT), l’objectif de performance tout comme son corolaire la rationalisation de la dépense publique exige une disposition d’instruments pouvant permettre la mise en place d’une procédure bien élaborée dans le suivi et l’exécution du budget ».

Selon le directeur général du Budget, Yves Fernand Manfoumbi, « la démarche planificatrice d’élaboration et d’exécution du budget doit permettre à l’Etat gabonais de passer d’une logique de moyens à une logique de performance axée sur les résultats donnant au budget sa vocation d’instrument de développement ».


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 nov 2012
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>