spot_imgspot_img

Le Pack Biostol définitivement retiré du marché

pack_biostolUn communiqué de presse du ministre camerounais de la Santé annonçait, le 1er janvier 2013, la suspension de deux produits pharmaceutiques dont le «Pack Biostol». Mais celui-ci avait pourtant continué d’être commercialisé au Gabon. Pourquoi ? Le silence habituel de certaines administrations y avait répondu. Mais neuf mois après, c’est désormais chose faite, le ministère gabonais de la Santé a décidé, à son tour, de retirer du marché le produit incriminé.

Pour avoir accordé une autorisation de mise sur le marché gabonais au Pack Biostol, un produit pharmaceutique présenté comme «naturel», fabriqué au Cameroun où il a été interdit à la commercialisation, le ministère de la Santé avait fait face à de nombreuses critiques acerbes dénonçant son laxisme et sa contribution à l’«empoisonnement» des Gabonais. Sous la pression, l’administration s’est rétractée en interdisant définitivement la commercialisation du produit pharmaceutique sur le territoire national. Une décision annoncée le 3 octobre dernier dans les locaux du Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL), au cours d’une conférence de presse. Rencontre avec la presse qui sonnait d’ailleurs comme une réponse à celle initiée par Eli Mathurin Moumeni et le Pr Herman Nyeck Liport, deux représentants du Laboratoire ADPRAM, le 25 septembre dernier à Libreville.

En effet, animée par Léonard Assongo, secrétaire général au ministère de la Santé, la conférence de presse qui avait pour objectif principal de dédouaner le Pr Léon Nzouba et laver l’honneur de l’administration dont il a la charge, avait pour but d’annoncer «le retrait, à compter du 2 octobre 2013, de l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) accordée au produit Pack Biostol». Un retrait qui, à en croire l’intervenant, serait conforme aux dispositions de l’article 22 du décret n°1445/PR/MSPP du 28 novembre 1995 portant réglementation de l’importation, de la distribution et de la promotion des produits pharmaceutiques en République gabonaise. Soit les mêmes dispositions légales évoquées par Sophie Bipolo, directeur du Médicament et de la Pharmacie, le 30 novembre 2012, lorsqu’il s’agissait pour elle d’annoncer fièrement au directeur des Laboratoires ADPRAM du Cameroun l’autorisation gabonaise de commercialiser le Pack Biostol sur le territoire national. Un comble !

Ainsi, l’autorisation qui, selon Mme Bipolo prenait effet à compté du 30 novembre 2012 pour s’étendre jusqu’au 30 novembre 2017, conformément aux dispositions de l’article 4 de l’arrêté n°1870/MSPP/GSP/SPH du 21 décembre 1992 fixant les conditions d’obtention du visa d’enregistrement des produits pharmaceutiques en république gabonaise, aurait purement et simplement été retirée pour donner lieu à une enquête minutieuse sur les véritables effets du Pack Biostol pour, à terme, arriver à l’avis d’une Commission nationale de l’enregistrement du médicament, un passage obligé selon Léonard Assongo. Une étape par laquelle ne serait vraisemblablement pas passé le Pack Biostol. Toute chose qui aurait surpris plusieurs journalistes présents dans la salle. Mais on l’a dit, en République, plus grand-chose ne devrait encore étonner. Des esprits moins avertis existeraient encore, semble-t-il.

Qu’à cela ne tienne, des propos du secrétaire général du ministère de la Santé lui-même, d’être passé outre l’avis de cette Commission, fait du Pack Biostol «un médicament illicite», mais pas pour autant un produit nocif, a relevé Léonard Assongo à l’endroit de l’assistance. Que se serait-il donc passé pour qu’un tel produit, bien qu’étant «un produit phytothérapeute, un apport complémentaire sur le plan nutritionnel» ait pu rentrer dans l’usage de plusieurs individus sans un véritable regard de la part du ministère de la Santé gabonaise à l’avance ? Mystère et boule de gomme.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES