spot_imgspot_img

La lutte contre la traite transfrontalière des enfants au menu d’un séminaire au Cap Estérias

artoff4304Le ministère de l’Economie et de l’Emploi, en partenariat avec l’UNICEF organise depuis mardi au Cap Estérias, un séminaire de trois jours dont le thème porte sur les droits des enfants et les techniques de prévention et de lutte contre la traite transfrontalière des enfants au Gabon.

Le séminaire vise à former les Officiers de police judiciaire (OPJ) travaillant dans les brigades frontalières de l’Estuaire, sur des questions de droits des enfants et les techniques de prévention et de lutte contre la traite transfrontalière des enfants.

« Nous voulons endiguer complètement ce phénomène dans notre pays. Ces assises permettront aux OPJ d’avoir désormais tous les outils nécessaires pour faire face à toutes les situations liées au trafic et à l’exploitation des enfants », a expliqué Yolande Moubelou, présidente du comité de suivi de la lutte contre la traite des enfants au Gabon.

« La traite des enfants est un crime transfrontalier. Toutes les parties prenantes devant participer à la lutte contre ce crime doivent être outillés d’instruments juridiques supranationaux et maitriser le cadre normatif national. Aujourd’hui ce n’est pas encore le cas. Il nous faut des spécialistes sur la question et vulgariser les textes de loi », a déclaré pour sa part Alain Georges Moukoko, procureur de Tchibanga.

Le Gabon est un pays à revenu intermédiaire et très sollicité par les immigrants, notamment ceux de l’Afrique de l’ouest, qui débarquent régulièrement sur le territoire national accompagnés de jeunes enfants qu’ils placent dans des familles comme nounous ou qu’ils utilisent entre autres, comme vendeur à la sauvette ou aide mécanicien dans les garages, notamment à Libreville et dans les capitales provinciales.

D’autres enfants venus de l’Afrique de l’ouest sont tenus en servitude et déambulent dans les rues, aux côtés des aveugles et autres mendiants.

Ces pratiques sont toutes interdites au Gabon, mais le phénomène persiste.

Un rapport de l’Onu, a attribué une mauvaise note en septembre 2012 au pays, en raison de la persistance des pratiques sus mentionnées.

« Plus jamais cela dans notre pays. Au sortir de ce séminaire, une opération de grande envergure sera lancée dans l’ensemble du pays pour traquer les trafiquants et les exploitants des enfants », a annoncé madame Yolande Moubelou.

Elle a laissé entendre également qu’une douzaine d’enfants provenant du Benin, du Togo, du Niger et du Mali, enlevés par les autorités compétentes des mains de leurs exploitants et placés dans un centre d’ accueil de Libreville seront bientôt rapatriés dans leurs pays d’origine.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES