nettoyageDeux mois seulement après sa mise en place, l’association ELAT qui signifie en dialecte fang ‘’solidarité’’ compte faire de la lutte contre l’insalubrité son cheval de bataille. Pour y parvenir, le plus grand nombre doit être impliqué. C’est pour cette raison que pour sa première sortie sur le terrain le 10 août dernier, l’association a souhaité organiser une journée de nettoyage avec la participation des habitants du camp de police dont la situation d’insalubrité est inquiétante.

Prévu pour démarrer il y a quelques semaines, c’est finalement ce mois d’août que les activités de l’association ELAT ont débuté. Le camp de police étant sa première cible, la présidente Gracia Kelia l’a justifié par le fait que le Camp de Police connait plusieurs difficultés d’insalubrité. Car affirme-t-elle, « vivre dans un environnement aussi sale expose à des maladies ». La journée de nettoyage qui a vu l’implication des jeunes volontaires habitant les lieux consistait à curer les caniveaux, couper les hautes herbes, et abattre les arbustes inutiles sans oublier le ramassage des objets par terre. Cette opération a été rendue possible grâce à l’apport de certains partenaires tels que le Génie civil, la Gabonaise de chimie. La société Gab-net services a apporté la benne à ordures.

En dehors de la lutte contre l’insalubrité, l’association ELAT aide aussi les enfants défavorisés à avoir un accès social et culturel et à une éducation dans le civisme. Cette lutte contre l’insalubrité et l’incivisme, l’association veut l’étendre dans tous les quartiers populaires « afin de sensibiliser les jeunes à vivre dans un environnement propre » a conclu la présidente, Mme Gracia Kelia.

L’association ELAT compte dans un avenir proche, procéder à une collecte pour les grandes fêtes de fin d’année et initier une aide à la rentrée scolaire en faveur des familles défavorisées.

Dorian Ondo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here