La salle du conseil des ministres du Gabon. © bernard.desjeux.free.fr
La salle du conseil des ministres du Gabon. © bernard.desjeux.free.fr
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba a présidé lundi, le premier conseil des ministres survenu après le remaniement du gouvernement vendredi dernier et dont voici l’intégralité du communiqué final ayant sanctionné les travaux.

Lundi, le 06 Octobre 2014, sous la Haute Présidence de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat, le Conseil des Ministres s’est réuni à partir de 11 heures, dans la salle habituelle au Palais de la Présidence de la République.

Réaffirmant sa ferme et constante volonté d’œuvrer inlassablement à faire du Gabon un pays Emergent à l’horizon 2025, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, après avoir félicité aussi bien le Premier Ministre, Chef du Gouvernement et les Ministres reconduits, comme ceux qui ont été nouvellement nommés, a instruit l’ensemble du Gouvernement à accomplir les missions qui leur sont fixées par le Constitution, par le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) ainsi que par les lois et règlements.

L’action du Gouvernement, placée sous le triple sceau de la responsabilité, de la cohésion et de la solidarité, doit assurer la consolidation et l’accélération des différents programmes de satisfaction des légitimes attentes du peuple gabonais.

Invités à faire davantage preuve de patriotisme, d’engagement sans faille aucune, de dévouement, de loyauté et de respect des Institutions et des procédures, les membres du Gouvernement ont été instruits par le Chef de l’Etat, de s’approprier la feuille de route aux fins d’accélérer la mise en œuvre des actions prioritaires, à savoir :

• finaliser et adopter les lois d’orientation et de programmation des axes du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE) ;

• assister les populations les plus vulnérables aux fins de subvenir à leurs besoins alimentaires, sanitaires et éducatifs, par la mise en place des programmes intégrés sur la protection des personnes âgées, des orphelins et des handicapés, afin de faire face au délitement des liens sociaux traditionnels ;

• aider les populations économiquement faibles à développer des activités génératrices de revenus sur l’ensemble du territoire national, par une offre de financement diversifiée pour soutenir les projets dans les domaines à fort potentiel d’emplois tels que l’agriculture, l’élevage, le pêche, l’artisanat ainsi que les services et les petites transformations ;

• réduire les inégalités d’accès aux services publics de base notamment dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’accès à l’eau potable et à l’électricité dans les zones défavorisées de nos villes mais aussi de nos villages ;

• poursuivre la réforme du système de rémunération et des primes de toute nature qui devront dorénavant prendre en compte les notions de risque, de pénibilité, de performance et de mérite ;

• poursuivre la réforme engagée de certaines subventions, notamment celles liées aux produits pétroliers afin de les mettre en adéquation avec nos politiques publiques et en particulier avec le nouveau Pacte Social ;

• ouvrir le chantier relatif au nouveau Code du travail en concertation avec les organisations patronales et les syndicats de travailleurs ;

• renégocier les conventions collectives par secteur d’activité afin de les adapter au nouvel environnement économique national et international, pour favoriser la compétitivité de nos entreprises ;

• poursuivre la réforme du système d’enseignement et de formation professionnelle ;

• ouvrir le chantier sur la réforme du territoire en adéquation avec le renforcement de la déconcentration et la mise en œuvre de la décentralisation ;

• renforcer la sécurité des personnes et des biens et lutter davantage contre l’immigration clandestine et les comportements déviants ;

• légaliser le mariage coutumier afin de renforcer la protection des conjoints et des enfants ;

• adopter une loi pour lutter contre la xénophobie et le tribalisme.

La réalisation de cette importante feuille de route doit être menée dans une approche participative, d’échanges avec les partenaires multiformes dans le cadre d’un plan gouvernemental de communication proactive et réactive ; en somme, « SAVOIR FAIRE ET FAIRE SAVOIR » doivent être un devoir et une obligation pour l’ensemble du Gouvernement afin de mieux édifier le peuple gabonais sur les choix opérés, les résultats attendus et l’évaluation de ces derniers à échéances précises.

Enfin, le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA a rappelé à chacun et à tous que depuis Son accession à la Magistrature Suprême, seuls le résultat et la performance, au profit du peuple souverain, comptent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here