Greve-Onep-GabonactuAnnonçant la fin de sa participation au dialogue avec les responsables de la compagnie Oil Libya dont les agents en grève réclament de meilleures conditions de vie et de travail, le secrétaire général de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep) qui menace d’entrer en grève cette semaine, a également mis en garde contre une éventuelle pénurie de carburant.

Le secteur pétrolier au Gabon sera-t-il paralysé dans les jours à venir par une grève des membres de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep)?

L’hypothèse a été privilégiée par ces derniers lors d’une assemblée générale le 25 octobre dernier à Libreville pour statuer entre autres, sur les prélèvements obligatoires de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) et la situation à la compagnie Oil Libya où les agents en grève réclament de meilleures conditions de vie et de travail.

En 2011, la grève des membres de l’Onep avait occasionné des pertes de l’ordre de plus de 60 milliards de francs CFA à l’économie nationale.

Cette année, les employés du secteur du pétrole qui ont privilégié le compromis depuis la mise en place du bureau actuel dénoncent le prélèvement obligatoire de la Cnamgs avec des prestations en dessous des attentes par rapport à celles offertes par la concurrence. Pour Paul Aimé Bagafou, secrétaire général de l’Onep, « il est arbitraire et illicite d’obliger les fonctionnaires du privé et les agents de l’Etat à souscrire à la Cnamgs sans demander leur avis ».

Le secrétaire général dénonce « le prélèvement abusif des cotisations dans les salaires et de surcroit pour des services pas aussi qualitatifs », et « le mutisme du gouvernement face à la situation des travailleurs étrangers en situation irrégulière et toujours mieux payés que les employés gabonais ».

L’Onep qui exige ni plus ni moins le respect des procédures d’embauche de la main d’oeuvre étrangère, a également demandé la suspension immédiate des prélèvements Cnamgs. Dans le cas contraire, le syndicat promet d’entrer en grève illimitée dans les tous prochains jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here