Les opinions divergent sur les motivations réelles de l’évêque et homme politique. Quelle est sa stratégie dans la perspective de 2016 ? Tentatives d’explication.

Quelles sont les réelles motivations de Mike Jocktane ? S’inscrit-il simplement dans le prolongement du combat de son mentor, André Mba Obame, aujourd’hui décédé ? Ou alors est-il clairement engagé dans la course à la présidence de la République ? Autant de questions qui taraudent les esprits à chacune des sorties publiques de l’évêque, par ailleurs membre de l’Union nationale (UN) et du Front de l’opposition pour l’alternance. Si pour l’heure, aucun élément ne permet de confirmer ses intentions, il n’en n’est pas moins engagé dans la pose des pierres de l’édifice de ce qu’il nomme le «Gabon nouveau». Bien connu de l’opinion pour avoir été un très proche d’André Mba Obame, dont il se veut l’héritier politique, Mike Jocktane trace sa route. A chacune de ses sorties, le discours est le même : «A bas le système actuel, place au Gabon nouveau». Telle une vision, l’homme d’église croit fermement à cet horizon, battant d’ailleurs le bitume pour y arriver. Mais avec quels leaders se construira ce pays nouveau ?

A l’analyse de son discours, Mike Jocktane milite clairement pour un changement radical ou plutôt, un renouvellement de l’élite politique. En contradiction donc avec la pensée de certains qui veulent mettre en avant des «hommes d’expérience». Mais de quelle expérience s’agit-il ? Celle de près d’un demi-siècle mitigé, pour ne pas dire d’échec, dans la gestion du pays ? Cela pourrait donc sous-entendre que l’évêque observe avec beaucoup de recul le positionnement de certains membres de l’opposition en tête desquels Jean Ping, visiblement engagé dans une opération de charme à travers le pays, dans la perspective de la prochaine présidentielle. Un activisme en contradiction avec la pensée de Mike Jocktane, qui est plutôt favorable à la tenue de primaires au sein de l’Union nationale d’abord et du Front de l’opposition pour l’alternance ensuite. Sera-t-il entendu ? Tout reste à voir…

Si rien ne permet d’affirmer que l’opposition ira à l’élection de 2016 en rangs serrés ou en ordre dispersé, Mike Jocktane pourrait bien décider de faire cavalier seul et exprimer clairement ses idées et sa vision des choses. Mais on n’en est pas encore là, car cela supposerait que l’évêque soit en lice pour la présidentielle. En attendant, à la fois acteur et observateur, il poursuit son bonhomme de chemin, tel un non-aligné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here