Lutte contre le chômage : A l’assaut des petits métiers

De nombreux jeunes se lancent de plus en plus dans de métiers jadis délaissés. Petit tour d’horizon dans cet univers évoluant le plus souvent dans l’informel.

Les petits métiers gagnent du terrain à Libreville. Les jeunes, qui aspiraient autrefois à des postes de responsabilité, s’adaptent désormais à l’air du temps. Face à la crise économique, ils n’entendent pas baisser les bras. Désormais, chacun sait que ce sont les efforts qui paient et qu’il n’y a pas de sot métier. L’homme ne mange-t-il pas à la sueur de son front ? Taximen, maçons, fleuristes, ferrailleurs, éboueurs, agriculteurs… C’est à la pelle qu’on les retrouve dans ces métiers qui nourrissent parfaitement leurs hommes. La plupart de ces jeunes ont une histoire particulière, mais semblable. Généralement, ils ont interrompu leurs études faute de moyens ou par abandon volontaire lié au manque de suivi.

Sur les abords des artères de Libreville, on retrouve des fleuristes qui proposent des fleurs à des prix défiant toute concurrence. N’ayant reçu aucune formation, ils ont souvent appris sur le tas. D’autres revendiquent plus de dix ans de métier et au même endroit. Pour certains, l’intégration n’a pas été facile, mais avec le temps ils ont su s’adapter. Juldas Mihindou Mihindou, fleuriste depuis 15 ans, explique que ce métier nourrit son homme. Il ne se plaint pas puisqu’il arrive à joindre les deux bouts. La preuve ? Pour disposer d’une fleur bien montée, il faut débourser au moins 5000 francs. Et les prix peuvent aller jusqu’à des centaines de mille selon les besoins des consommateurs. «Il faut dire que le montage ou la composition des fleurs n’est pas facile. Il faut avoir une certaine expérience pour le faire facilement», raconte-t-il. «Il y a des clients exigeants qui aiment, non seulement le travail bien fait, mais aussi présentent leurs modèles», ajoute-t-il.

Si au départ la composition des fleurs se faisait de façon brute, c’est-à-dire qu’ils prenaient du sable, le mettaient dans des sachets et y piquaient plusieurs variétés de fleurs pour avoir quelque chose de présentable, aujourd’hui, elle se fait avec des assiettes et autres matériaux sur lesquels on pose la mousse. Généralement ce sont des fleurs naturelles. «On peut les conserver 3 à 4 jours», explique encore Juldas Mihindou Mihindou, qui souligne : «La livraison, elle, se fait parfois à domicile ou le client peut se déplacer».

Cet exemple est révélateur de la frénésie vers les «petits métiers». Les autorités devraient songer à élaborer des stratégies pour les encadrer, les former davantage et les faire participer à l’économie nationale. A ce jour, ces jeunes ne sont reconnus nulle part. Autrement dit, ils exercent dans l’informel.

Auteur : Patricia Magninga

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Centrafrique: la Russie annonce le départ de renforts déployés dans le pays

Alors que la pression s’est accentuée sur la capitale, Bangui, cette semaine, la Russie a informé les Nations unies du départ d’un des éléments...

Le Gabon se dote d’une usine de médicaments génériques – Afrique économie

Le Gabon vient de terminer la construction d’une usine de fabrication des médicaments génériques. Baptisée Santé pharmaceutique, l’usine située dans la Zone économique spéciale...

Elections 2021 en Afrique : qui sont ces vieux présidents éternels candidats

Ils ont l'expérience des élections. Beaucoup d'expérience. Qui sont ces candidats à leur propre succession, recordmen de la longévité au pouvoir, déclarés ou attendus...

Gabon: en deux jours l’effectif de la Mairie de Libreville passe de 2320 à 3245

C’est ce qui ressort d’un rapport sur l’effectif des agents de la Mairie de Libreville. En effet, ce rapport qui comprend les résultats du...

Covid-19 : seulement 14 jours et déjà près de 250 nouveaux cas en janvier 2021

Deux semaines seulement après le début de la nouvelle année, le Gabon est en passe de battre son propre record du nombre de nouvelles...

Sénatoriales 2021 : le nouveau découpage électoral des 52 sièges de sénateurs au Gabon

Alors que le calendrier des sénatoriales vient d’être fixé par le Centre gabonais des élections (CGE), la rédaction d’Info241 revient sur le nouveau découpage...

Suivez-nous!

1,536FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Centrafrique: la Russie annonce le départ de renforts déployés dans le pays

Alors que la pression s’est accentuée sur la capitale, Bangui, cette semaine, la Russie a informé les Nations unies du départ d’un des éléments...

Le Gabon se dote d’une usine de médicaments génériques – Afrique économie

Le Gabon vient de terminer la construction d’une usine de fabrication des médicaments génériques. Baptisée Santé pharmaceutique, l’usine située dans la Zone économique spéciale...

Elections 2021 en Afrique : qui sont ces vieux présidents éternels candidats

Ils ont l'expérience des élections. Beaucoup d'expérience. Qui sont ces candidats à leur propre succession, recordmen de la longévité au pouvoir, déclarés ou attendus...

Gabon: en deux jours l’effectif de la Mairie de Libreville passe de 2320 à 3245

C’est ce qui ressort d’un rapport sur l’effectif des agents de la Mairie de Libreville. En effet, ce rapport qui comprend les résultats du...

Covid-19 : seulement 14 jours et déjà près de 250 nouveaux cas en janvier 2021

Deux semaines seulement après le début de la nouvelle année, le Gabon est en passe de battre son propre record du nombre de nouvelles...